SAWTNA

Bienvenue sur SAWTNA, le site de tous les Marocains
 
AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 IMILCHIL : "Le Moussem des Fiançailles"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Naima
Webmaster
Webmaster


Messages : 1800
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: IMILCHIL : "Le Moussem des Fiançailles"   Lun 3 Déc - 4:39

IMILCHIL
"LE MOUSSEM DES FIANCES"


Au Sud-est d'Imilchil vivent des tribus berbères sous le nom de Aït Haddidou. La finesse de leurs traits surprend d'emblée le regard de l'étranger. Beaux, les Aït Haddidou le sont sans conteste. Fiers aussi. Leur port de tête est là; pour en témoigner. Chaque année, vers la mi-septembre, ils se réunissent pendant trois jours pleins près du tombeau de Sidi Ahmed El Moughani, le saint de la région.

Le cadre de leur rassemblement est un moussem riche en signification, le moussem d'Imilchil, communément nommé "moussem des fiancés". Cette appellation romantique met en relief une particularité qui le singularise totalement par rapport aux autres: il est un lieu spécifique où se conclut une grande partie des mariages de la région. Hommes et femmes viennent s'y entretenir librement de la possibilité de passer le reste de leurs jours (ou du moins une partie) ensemble. Le choix du conjoint s'établit en fonction des affinités réciproques, chacun des intéressés n'obeissant qu'à son propre désir.

Dans une societé où le mariage demeure dans une très large mesure une affaire de famille, cette démarche sans pareille tranche avec la règle traditionnelle qui régit les rapports entre les sexes. A travers elle, se reflète une structure sociale où l'individu émerge du groupe. La femme, pour sa part, apparaît comme possédant une liberté d'être que lui envieraient bien des citadines dites "émancipées". Cette coutume "pas comme les autres" a eu cependant besoin de puiser sa légitimité dans une légende explicative qui en justifie l'existence. Mais pour une fois que l'amour est posé comme vainqueur des interdits, il serait stupide de passer à côté d'une belle romance.

Nous avons recueilli auprès de la population deux versions différentes d'une même histoire; une qui se termine mal et une autre qui se termine bien. A chacun ses goûts. Notons simplement qu'au delà des frontières et des civilisations, les sentimens engendrent les mêmes réactions.

Deux joyaux aux éclats bleutés font la fierté des Aït Haddidou: les lacs "Isli" et "Tislite". la légende les présente comme le fruit d'un désespoir amoureux. Un jeune homme et une jeune fille s'éprirent l'un de l'autre passionnément, mais pour leur malheur, ils appartenaient à deux clans, les Aïts AZZA et les Aït BRAHIM qui se vouaient une haine implacable. Face à leur impossibilité de s'aimer, leur chagrin fut tel que, de leur larmes, deux lacs se créèrent. Emus par l'intensité de cette douleur, les Aïts Azza et les Aïts Brahim se réconcilièrent et laissèrent dès lors leurs enfants libres dans le choix de leur coinjoint. (En tamazight, le dialecte berbère de la région, 'Isli" signifie "mari" et "Tislit" signifie "mariée". La seconde version introduit un troisième personnage, Sidi Ahmed El Moughani. Elle permet par ce biais de saisir, à un niveau global, la dimension symbolique du moussem.

Sidi Ahmed El Moughani combattait l'occupation portugaise. Poursuivi par des ennemis, il vint chercher refuge dans les montagnes du Moyen Atlas. Son passé et sa personnalité lui valurent rapidement le respect des Aïts Haddidou. Dans cette version les amoureux précédemment cités, refusèrent de se plier à la règle du groupe et prirent la fuite. Pour échapper à la colère de leurs parents respectifs, ils vinrent implorer le futur marabout d'intervenir en leur faveur. Celui-ci rèussit si bien dans sa mission qu'il parvient non seulement à résoudre leur problème en réconciliant les clans ennemis, mais également à gagner pour les générations futures le droi à la liberté dans le choix du conjoint. A sa mort, Sidi Ahmed El Moughani fut enterré à l'intersection des pâturages des Aîts Azza et des Aïts Brahim.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Le 11, 12 et 13 eptembre, des passants crurent entendre des paroles mélodieuses sortir de sa tombe. dès lors, celle-ci devint un lieu de pélerinage. Comme à chaque automne le nombre des visiteurs allait s'accroissant, un moussem finit par y être organisé. La bénédiction que Sidi Ahmed El Moughani, devenu marabout, avait donné aux amoureux des lacs s'institutionnnalisa et le moussem offre annuellement aux jeunes l'occasion de fêter le triomphe de l'Amour sur la haine et de la Liberté sur la contrainte.


KALIMA n° 7 Septembre 1988





Lac "Tisslite"

lac "Issli"

Femme d'imilchil
Revenir en haut Aller en bas
http://naima-imzilnes-dades.easyfreeforum.com/index,eff,15504.ht
tamzilte
Admin


Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: IMILCHIL : "Le Moussem des Fiançailles"   Mer 14 Jan - 4:26



asharqalawsat.com
Revenir en haut Aller en bas
Naima
Webmaster
Webmaster


Messages : 1800
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: IMILCHIL : "Le Moussem des Fiançailles"   Mer 7 Oct - 6:15

‘Agdoud N Toutra’


At the end of the harvesting period, betrothed couples of the ait hdiddou, in keeping with their ancestral customs, follow an ancient ritual enabling them to freely select their spouse.

The tradition draws its origin from the famous legend of Isli and Tislit (two lakes located 6km from the center of Imilchil), giving rise to the betrothal Moussem of Imilchil, which is one of the most beautiful and original of popular gatherings in Morocco.

This Moussem proves that Morocco possesses a strong and rich popular culture which is alive and diversified, based on a measure of liberty and tolerance transmitted from generation to generation and which remains a major contribution to the national cultural heritage .

This Moussem also symbolizes the survival of a culture over a thousand years old in which love and an end of hard toil is celebrated with song. The legend woven around the two lakes of Isli and Tislit and diffused over the whole region remains the only explanation that can convince the inquisitive. It is alleged that in the past two young lovers decided to get married but could not get parental consent .

Madly in love, the two separated lovers cried so much they filled the lakes called Tislit and Isli .since then ,during September in Agoudal in the Imilchil valley ,the young girls of ait hdiddou tribe freely choose their husband ,without parental approval .It is the time for an enormous souk with celebration ,dancing ,folk songs ,banquets and goat, camel and sheep markets ,etc .In this way ,the young betrothed get together on the day of the festival to add substance to their union with the act of marriage .

This gathering is known amongst the two fractions of the ait hdiddou tribe and neighbouring tribes as soukaam :market of the year, that is to say an opportunity to stock up for the year to follow without having to go to other souks .

It is a chance to exchange agricultural and artisanal products and even make acquaintances that can lead to betrothals and marriages in forthcoming moussems.


Mostapha Sbihi

Source: http://naima-imzilnes-dades.easyfreeforum.it/agdoud-n-toutra-t581118,eff,15504.html

_________________
http://naima-imzilnes-dades.easyfreeforum.it/index,eff,15504.html
Revenir en haut Aller en bas
http://naima-imzilnes-dades.easyfreeforum.com/index,eff,15504.ht
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: IMILCHIL : "Le Moussem des Fiançailles"   Aujourd'hui à 15:17

Revenir en haut Aller en bas
 
IMILCHIL : "Le Moussem des Fiançailles"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les fiançailles
» mariage "il était une fois" 15/08/2015
» Comment imaginez vous la bague de fiançaille de Bella ?
» Hokusai: "le fou de la peinture"
» "Ne dépendre de personne" : Amitié ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAWTNA :: Arts & Cultures & Traditions-
Sauter vers: