SAWTNA

Bienvenue sur SAWTNA, le site de tous les Marocains
 
AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Portrait

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Naima
Webmaster
Webmaster
avatar

Messages : 1800
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Portrait   Mar 4 Déc - 9:38


Moha Oulhoucine Achibane, le Maestro

Agé de cent ans et ayant parcouru le globe avec son équipe, Moha Oulhoucine Achibane, dénommé Maestro par ronald regan, est le roi de la danse de l’ahidouss du Moyen Atlas. Cette danse qu’il maîtrise bien, fait de lui un chef d’orchestre de renom.

Moha Oulhoucine Achibaner est né à Azrou en 1916. Il prit part à la résistance qui luttait pour obtenir l’indépendance du Maroc. En 1950, il commence un long parcours artistique qui lui valu l’appellation de Maestro. Il est considéré comme l’un des éminents interprètes de la chanson amazigh au Moyen Atlas.

Avec l’ensemble Ahidouss composé de 21 personnes, il a pu acquérir une grande renommée sur le plan national et international.

Il s’est spécialement distingué dans les différentes éditions du festival des Arts populaires de Marrakech et au Festival des Musiques sacrées de Fès.

Il a su donner une place honorable à l’art Ahidouss dans plusieurs rencontres internationales en Afrique, en Europe et aux USA.

Source : Web

Revenir en haut Aller en bas
http://naima-imzilnes-dades.easyfreeforum.com/index,eff,15504.ht
Naima
Webmaster
Webmaster
avatar

Messages : 1800
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Hadj Belaid   Mer 2 Jan - 5:19

الحاج بلعيد رائد الآغنية الآمازيغية السوسية

يعتبر الرايس الحاج بلعيد قيدوما للأغنية الأمازيغية بدون منازع فهو شاعر , مبدع كبير,موسيقي رائع . أحد الرموز التارااااي اخية في المشهد الثقافي السوسي و لمغربي على العموم

بالنسبة للسوسيين و الامازيغ بصفة عامة, من تفراوت الى أفني,و من باريس الى بروكسيل في المهجر, يبقى الرايس الحاج بلعيد فلتة من فلتات التاريخ ربما لن يجود الزمان بمثلها ثانية. فهو فريد و غير قابل للتقليد, ما زالت مقطوعاته تتداول من جيل لجيل

''في كثير من منازل السوسسين تجد على الجدران صورة الحاج بلعيد بجانب صورة محمد الخامس'' يقول سعيد بوسيف –مدير شركة بوسيفون للتسجيلات الموسيقية الشهيرة من الخمسينات الى السبعينات

وبالرغم من وجود الكثير من الروايس المدججين بوسائل تقنية متطورة ,فأن جلهم لا يرقى الى مستوى الحاج بلعيد و لا يفكر الا في الربح التجاري

-يتبع-





Lhadj Belaïd au milieu de sa troupe ...


Dernière édition par le Mer 2 Jan - 5:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://naima-imzilnes-dades.easyfreeforum.com/index,eff,15504.ht
Naima
Webmaster
Webmaster
avatar

Messages : 1800
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: Portrait   Mer 2 Jan - 5:22

هل مضى فعلا عصر الحاج بلعيد؟

''ذلك العصر الذي – وهذا حقيقي فعلا- كان حين يمر فيه الحاج بلعيد باحد المداشر أو الدواويرتبكي الصبايا و النساء حبا و أعجابا بل أن البعض يغمى عليهن '' يقول لحسن بلحاج – مخرج سينمائي مغربي -

الحاج بلعيد كان فعلا – رايس –يعني أستاذا كبيرا في ميدانه (مؤلف, ملحن ,مغني , و رئيس فرقته ) , لكنه كان أكثر من هذا كله , لقد كان – شاعرا – متمكنا من القوافي , رائعا في صوره التشبيهية و ملما بأسرار أمارغ (الحنين و الشعر و الموسيقى في اللغة السوسية ) ليس متوفرا لآي كان أن يفهم نصوص الحاج بلعيد فكل بيت شعري عنه يعد صورة أو لوحة سواء كان ذلك في الاغاني الغرامية او التحريضية على تحرر المرأة أو تلك الاغاني التي تتطرق لاخلاقيات المجتمع '' يشهد الرايس أمنتاك

أكثر من هذا , هل تعرفون الة الرباب؟ , تلك الالة الساحرة التي يحملها في يده على الصورة ,أنه هو أول من أدخلها في الميزان الموسيقي السوسي

أزداد الحاج بلعيد سنة 1873 ب أنو نعدي - بئر عدي
بناحية تزنيت , لكنه سيكبر و يترعرع قرب ملاح يهودي بتهالة بمنطقة تارودانت , وهناك حيث يوجد أكبر تمركز لليهود البرابرة سيحتك بأكبر المغنيين و الشعراء اليهود السوسيين و على أيديهم سيتعلم الموسيقى
و بعد أن تعلم العزف سرق الاضواء من معلميه و أصبح أول من يدعى لأحياء الحفلات في المناسبات العائلية أو الموسمية

الرايس الحاج بلعيد كان من الأوائل الذين بادروا الى تسجيل أعمالهم فسافر الى باريس و سجل اسطوانات 78 دورة وعند من ؟ عند شركة ( باتي ماركوني ) من فضلكم

من طزائف هذه الرحلة أنه التقى هناك الموسيقار محمد عبد الوهاب الذي كان بصدد تسجيل بعض أعماله بنفس الشركة '' فتعرفا على بعضهما و أعجب محمد عبد الوهاب بفن الحاج بلعيد و طلب من الحاج ان يكتب له ترجمة لأحد أعماله فأجابه الحاج بلعيد بأنه لا يحبد الترجمة و لا يحبد ان يكتب قصائده قبل ان يغنيها , فلم يصدقه عبد الوهاب , فأجابه الرايس الحاج بلعيد ما رأيك في هذا الرهان – أنظم فيك قصيدة الان و الحنها و أغنيها الان امامك هنا وربما سجلتها لكن هل تستطيع أن تفعل معي نفس الشيئ , لا اجابه عبد الوهاب الان صدقتك '' يحكي سعيد بوسيف

-يتبع-
Revenir en haut Aller en bas
http://naima-imzilnes-dades.easyfreeforum.com/index,eff,15504.ht
Naima
Webmaster
Webmaster
avatar

Messages : 1800
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: Portrait   Mer 2 Jan - 5:24

يجب الاشارة الى أن الحاج بلعيد جاب كل أنحاء المغرب من دوار الى دوار ومن مدشر الى اخر , يغني هنا و هناك بصحبة فرقته . ومع ظهور الفونوغراف كانت قرى برمتها تجتمع وسط الساحات في الهواء الطلق لتستمع , تفرح و تبكي مع روائع الرايس الحاج بلعيد

يشهد له التاريخ أنه غنى تقريبا كل المواضيع , للمرأة و النساء , للحب , غنى وقائع الحروب بين القبائل , للوطنية . لكن أروع ما غنى هو تلك القصيدة الطويلة خول موسم الحج وهي عبارة عن قصيدة مدتها 40 دقيقة تقريبا يحكي فيها تفاصيل سفره للديار المقدسة بدأ من ميناء الدار البيضاء الى حين عودته . قصيدة يفسر فيها فرائض الوضوء و طريقة الصلاة و محاسن الزكاة مع وصف مفصل لمناسك الحج , كل هذا بأسلوب فني راقي
تعد هذه القصيدة بالفعل مرجعا لتدريس مبادئ التربية الاسلامية سماعا لغير القارئين

كان معلما و نبراسا للعديد من الروايس الذين تلوه , كالرايس ساسبو و الرايس بوبكر أنشاد و الرايس بوبكر الزعري و غيرهم كثير

ماذا عن عائلته ؟ لا تتوفر لذينا معلومات كثيرة كل ما نعرف أن أحد أبنائه وهو كذلك رايس يعيش في حالة فقر مدقع بتزنيت . له كذلك أحفاد جلهم موسيقيون معروفون بالمنطقة

ماذا تبقى لنا من أرث الحاج بلعيد ؟

بعض اسطوانات 45 دورة و بعض شرائط كاسيط تحافظ عليها بعض العائلات السوسية كحفاظها على فلدات الاكباد
أنه كنز ثمين و أتمنى صادقا أن أساهم يوما ما في أعادة الاعتبار لهذا الجبل المغربي الشامخ

-منقول-
Revenir en haut Aller en bas
http://naima-imzilnes-dades.easyfreeforum.com/index,eff,15504.ht
abdelmalek
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 13/11/2007
Age : 105
Localisation : maisonblanche

MessageSujet: Re: Portrait   Sam 12 Jan - 12:10

Les chansons de haj belaid sont actuelement interpretées par
les rwais plus jeunes de manière a les perpetuer, de meme le
ministre de la culture Maroac a fait editer un coffret contenant
4 cd et un bouquelet avec les chansons des Rwais hommes et
femmes qui ont disparu.
Revenir en haut Aller en bas
Naima
Webmaster
Webmaster
avatar

Messages : 1800
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: la chanteuse amazighe Cherifa Kersit   Mar 19 Fév - 11:05



Cherifa Kersit est native de tazrouth mmu ukbu, "le rocher percé"à quelques
kilomètres de Khénifra. Née en 1967, elle fut élevée à la campagne, dans sa famille,
sans jamais aller à l’école à l’instar des autres filles de son âge. Elle a exercé sa voix
en plein air, soit derrière son troupeau, en exécutant les tâches ménagères ou encore
pendant les rencontres entre jeunes filles.
Petit à petit, elle commencera à se produire
dans les mariages ou les fêtes traditionnelles du village et ce, dès l’âge de 16 ans. Sa
consécration débute par sa rencontre avec une des vedettes de la chanson du Moyen
Atlas, Mohammed Rouicha*, au début des années 80.
Elle n’a jamais voulu enregistrer avant des chansons en son nom, mais toujours
avec d’autres chanteurstels Rouicha, Maghni, Lmrabeth, Aziz Arim.
Sa famille ne voulait pas pas qu’elle fasse de son art son gagne-pain. Mais s’imposera très vite dans sa région par sa voix typique du Moyen Atlas avec une force qui n’a d’égal que celle de Tifrsit , une autre chanteuse
de Tamawayt qui est d’Ailleurs l’idole de notre chanteuse, tout comme Rqya âbbou et
Hadda Ouâkki, pour ne parler que des femmes.

Cherifa est venue en France pour la première fois en septembre 1999. Elle a participé
au spectacle "danses et chants des femmes du Maroc, de l’aube à la nuit", au théâtre des Bouffes du Nord, proposé par le festival d’automne à Paris dans le cadre du "Temps du Maroc en France". Elle a ému le public européen par la puissance et la rugosité de sa voix. Si Rouicha a pu revivifier ou valoriser le luth "lutar" en y ajoutant la quatrième corde et en modifiant ses dimensions, Cherifa essaye de son côté de
réhabiliter les chikhates par sa voix
.


Source:sawt-atlas.com
Revenir en haut Aller en bas
http://naima-imzilnes-dades.easyfreeforum.com/index,eff,15504.ht
Admin
Admin
avatar

Messages : 539
Date d'inscription : 13/11/2007
Age : 49

MessageSujet: Portrait d’un artiste peintre   Jeu 13 Mar - 10:57

Portrait d’un homme qui a toujours refusé de se plier au mensonge.

Moha Mallal : "Il serait fou d’obliger un oiseau à ne pas chanter..."

Moha Mallal a 41 ans. Il est chanteur, peintre, caricaturiste et poète. Moha est l’artiste le plus engagé et le plus prolifique que connaît le Sud-Est de Tamazgha occidentale (Maroc).



Moha est né en 1965 à Tamlalt, un très beau village perché dans la vallée de Boumalen n Dadès dans le Sud-Est de Tamazgha occidentale. Professeur des arts plastiques à Ouarzazate, Il a réussi à développer, durant des années de persévérance, plusieurs expressions artistiques amazighes : poésie, chanson, caricature et peinture.
L’attachement de Moha à l’art dans sa généralité remonte à sa tendre enfance passée à Tamlalt. "J’ai fait mes premiers dessins à l’âge de quatre ans. Ma première aventure était de dessiner les traits de ma généreuse mère", m’a t-il confié.

Enfant, dans son magnifique village, il fabriquait tous les jouets de ses amis. A l’école, il reproduisait toutes les photos accrochées aux quatre murs de la classe. Le plaisir de dessiner et de crayonner dépassait son âge.
L’aide de son père et de toute sa famille l’ont poussé à persévérer, à redoubler d’efforts et à côtoyer plusieurs grands artistes à l’école des arts de Grenoble en France où il a passé plusieurs mois en 1991.
A L’université, Moha avait étudié l’Histoire. Il découvre l’ampleur du mensonge. "Les descriptions faites des Imazighens dans les livres d’Histoire officielle écrite par les Arabes ont aiguisé ma curiosité de chercheur". Révolté, il quitte l’université pour étudier les arts plastiques et consacrer sa vie à défendre son identité amazighe.

Depuis, son combat pour la dignité continue et prend plusieurs formes.
En 1982, il compose ses premières chansons. Il monte sur scène en 1984 armé d’une petite guitare que son père lui a acheté en 1980. Il enregistre dans un vieux magnétophone ses compositions qu’il chante chaque nuit avec ses amis au bord de la rivière de son village. Il rendra d’ailleurs hommage à ce lieu magique dans son premier album "Asif n Dads". Une rivière qui apporte le bonheur et la prospérité aux habitants de la plus belle vallée de tout le Sud-Est.

Plusieurs années après, c’est à l’Association Tilelli de Tizi n Imnayen qu’il chantera, pour la première fois, devant un public conscient de la cause amazighe.
Moha adopte la guitare, il la dompte même si elle est peu utilisée dans le Sud-Est. Il en fait une arme pour revendiquer la liberté et l’amazighité, dénoncer le mensonge, chanter la trahison, la terre, la montagne qui l’avait vu naître et la justice sociale.
Il écrit, crayonne et chante sans arrêt. En 9 ans, il écrit une centaine de poèmes, organise plusieurs expositions de ses œuvres et enregistre cinq albums : Asif n Dads en 1997, Sellagh Sellagh (j’ai entendu la liberté) en 1999, Timlellay (vertiges) en 2001, Atwareg (le Touareg) en 2003 et Azmul (cicatrice) en 2005.


Tableau de Moha mellal

« L’ouverture de ma famille m’a énormément aidé à aller de l’avant. Enfant, j’ai lu des centaines de BD que mon père emmène de son travail. Par la suite, la guitare m’a fasciné. Au Sud-Est, nous n’avons que "allun". L’introduction d’un autre instrument pour accomplir le chant est indispensable. J’ai alors opté pour la guitare afin d’universaliser notre voix », me dit Moha.
Conscient des problèmes rencontrés par les jeunes artistes berbères engagés pour enregistrer leurs œuvres, il fonde en 2003 "Izli Production".

« Pour enregistrer mes chansons, j’ai rencontré beaucoup de problèmes. C’est pourquoi mes trois premiers albums sont gâchés. J’aimerai aussi sauvegarder les chants traditionnels amazighs qui sont entrain de se perdre, d’où la nécessité de leur enregistrement ».
Moha ne s’arrête pas. Il s’investit dans la caricature et la peinture. « Mes premières caricatures sont apparues dans la revue du collège de Boumalen n Dadès "an-nbedd" (Nous nous mettrons debout/ deux numéros parus). Plusieurs autres seront publiées plus tard dans plusieurs journaux amazighes.
Durant des années, Mallal sillonne le pays pour prendre part à des activités culturelles. Il chante, écrit et peint sans arrêt. Le quotidien de son peuple et sa souffrance dans sa lutte pour la dignité est son principal thème.

Infatigable, Il s’attelle aussi à la préparation d’un recueil de poèmes en tamazight traduits en français ainsi que d’un nouvel album regroupant des chansons sur les conditions de vie de la femme amazighe qui paraîtra en juillet prochain.
Il espère aussi élargir le Festival de la chanson de Tamlalt qu’il a créé en 2003 qui a lieu les 12 et 13 août de chaque année. Moha prépare aussi un livre sur la peinture moderne amazighe.

Et la résistance continue.

Il serait fou, me dit Moha, d’obliger un oiseau à ne pas chanter.


A. Yafelman

Source: http://www.tamazgha.fr
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Messages : 539
Date d'inscription : 13/11/2007
Age : 49

MessageSujet: Mohamed Rouicha   Mer 18 Juin - 7:47

Mohamed Rouicha : «Même avec 45 ans de carrière artistique, il me reste beaucoup à apprendre»


Ayant acquis une renommée nationale et un respect international, Mohamed Rouicha est au sommet de son art. Modeste, il parle du passé, du présent et du futur de la musique marocaine.





ALM : Comment avez-vous débuté votre carrière musicale ?
Mohamed Rouicha : Tout cela a commencé en 1964. J’avais 14 ans quand j’ai intégré la Radio et Télévision Marocaine (RTM). J’ai fait ma première entrée comme amateur en studio pour enregistrer «Afak ya l’kia ». Mais, c’est en 1979 que j’ai démarré ma carrière professionnelle. En 2004, j’ai participé avec d’autres musiciens au Festival de Fès des musiques sacrées du monde. Et en 2005, au Festival Timitar. Depuis, j’ai participé à plusieurs festivals et à l’enregistrement de quelques chansons pour 2M et TVM. Même avec 45 ans d’expérience sur la scène artistique, il me reste beaucoup à apprendre. Durant ces années, j’ai découvert que pour être chanteur, il faut être responsable. Je crois que l’artiste doit rester modeste, car il s’adresse à tout le monde. C’est un sociologue ou une sorte de psychanalyste, dans la mesure où il mène une étude sociologique profonde où il décrit avec précision les problèmes et autres souffrances que l’on rencontre dans notre vie.

Comment expliquez-vous votre amour pour l’outar ?
L’outar est un instrument qui était menacé de disparition. En 1490, le chanteur «Boughanem» était le premier à avoir joué sur cet instrument. Au milieu du 17ème siècle, au Moyen-Atlas, cet instrument a connu un nouvel élan. Ainsi, chaque maître avait ses disciples qui aidaient à la diffusion de cet instrument musical. Par son histoire, l’outar fascine et constitue une partie intégrante du patrimoine marocain. Mon objectif est de le sauver et faire de lui un instrument musical marocain à part entière.

Que pensez-vous de la nouvelle vague de la scène marocaine ?
Je crois que les nouveaux styles puisent leurs origines dans la culture occidentale. Je n’ai rien contre. J’apprécie le rap comme nouveau style sur la scène musicale marocaine.
Toutefois, il faut insister sur la qualité des paroles. Il faut que ça soit des paroles qui respectent la sensibilité du public et contribuent à son éducation. Ces jeunes sont l’avenir de la musique marocaine. Pour cette raison, ils doivent être conscients de la lourde tâche qui les attend. Ils ne doivent pas oublier nos valeurs identitaires et religieuses. Ceci-dit, leur encadrement reste quelque chose de primordial. Jusqu’à présent, plusieurs villes et villages n’ont pas d’infrastructures culturelles pouvant les aider à mieux connaître l’histoire et le patrimoine de notre pays. Au manque de moyens, je trouve normal le fait qu’ils cherchent ailleurs et qu’ils s’imprègnent d’autres styles musicaux.

Vous avez déjà participé au Festival des musiques sacrées de Fès, qu’est-ce que vous pensez de ce genre de manifestation culturelle ?C’est une grande satisfaction de voir des cultures aussi différentes qui se rencontrent dans un seul et même lieu, à savoir Fès, la capitale spirituelle du Royaume. C’est une preuve que la musique n’a pas de frontières.
A titre d’exemple, chez nous au Maroc, la musique du Souss ressemble dans certaines de ses mélodies et rythmes, voire dans certains gestes ou mouvements, à la musique asiatique. Ainsi, le festival de Fès lance un message très clair, celui de l’amour et de la paix, entre les cultures de différents peuples de notre planète.

Si vous ne participez pas à une activité culturelle, comment gérez-vous votre quotidien ?
Quand il n’y ni festival ni enregistrement dans mon programme, je préfère passer mes journées chez moi à Khénifra, ma ville natale, en compagnie de ma femme et de mes quatre enfants, Hamd Allah, Chokr Allah, Barkate et Aïcha. Cela me permet de profiter d’un peu de temps pour lire dans ma chambre–bibliothèque. Je préfère m’éclipser ainsi loin des projecteurs avant de revenir avec des nouveautés pour mon public. Pour moi, il n’y a pas mieux que la montagne de l’Atlas pour se ressourcer. C’est dans cette atmosphère de sérénité et de quiétude que je trouve de nouvelles inspirations pour ma musique.

Par : Bachir HAJJAJ

aujourdhui.ma
Revenir en haut Aller en bas
Naima
Webmaster
Webmaster
avatar

Messages : 1800
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: Portrait   Jeu 20 Nov - 4:12




almassae.press.ma

_________________
http://naima-imzilnes-dades.easyfreeforum.it/index,eff,15504.html
Revenir en haut Aller en bas
http://naima-imzilnes-dades.easyfreeforum.com/index,eff,15504.ht
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Portrait   

Revenir en haut Aller en bas
 
Portrait
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OSCAR WILDE : Le portrait de D.G., pièces, adaptations, citations...
» Stage photo studio (portrait et photo de mode)
» Portrait pendant ganesh
» portrait de coluche
» Portrait d'mon amie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAWTNA :: Patrimoine-
Sauter vers: