SAWTNA

Bienvenue sur SAWTNA, le site de tous les Marocains
 
AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Lettre de ''Destination Santé''

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tamzilte
Admin


Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: La Lettre de ''Destination Santé''   Lun 3 Mar - 5:12

Première agence de presse plurimédias dédiée à la santé, Destination Santé est présente dans plus de 60 titres en France et en Belgique. Chaque semaine, plus de 20 millions de lecteurs s'informent à travers ce réseau.

Des maladies cardio-vasculaires aux simples rhumes, la rédaction de Destination Santé suit l'actualité des grands enjeux de santé publique comme des petits maux du quotidien. Le style est incisif et percutant, l'information attractive et accessible. Menara ont rendez-vous avec la Lettre de Destination Santé. Des informations qu'ont l'amabilité de nous fournir les responsables de ce réseau dont le but est de permettre au public d'être un acteur plus éclairé de la santé.

Ronflement et bronchite chronique seraient étroitement liés

Ronfleurs de tous bords, cette information vous concerne. Des chercheurs sud-coréens annoncent avoir mis au jour un lien de cause à effet entre le ronflement et la survenue d’une bronchite chronique. Plus la fréquence de ces désagréables vibrations sonores est élevée, plus les risques de bronchite seraient importants. Il ne manquait plus que cela !

Pour arriver à ce résultat, les chercheurs ont suivi 4 300 adultes pendant quatre ans. Tous ont répondu à un questionnaire pour faire connaître leurs antécédents : fréquence des ronflements, antécédents de maladie respiratoire, tabac, historique familial (issus d’une famille de ronfleurs ou pas), hygiène de vie.

Il en ressort un lien évident entre ronflements et survenue de bronchite chronique. En comparaison avec les membres de la cohorte qui ne ronflent jamais, ceux qui ronflent 5 fois par semaine ou moins, présentent un risque de bronchite chronique majoré de 25%. Et lorsque la fréquence des ronflements dépasse les 6 fois hebdomadaires, le sur-risque monte à 68%.

Si ces observations sont tout à fait pertinentes, les facteurs de risque avancés pour expliquer le ronflement (et partant les bronchites chroniques) le sont beaucoup moins. Les chercheurs ne pointent pas du doigt le tabagisme… considéré pourtant comme souvent lié au ronflement. Il constate en revanche un pic de ronflement chez les personnes qui travaillent à domicile. Et pour cause. La pollution à l’intérieur des habitations est telle en Asie qu’elle est à l’origine de centaines de milliers de décès tous les ans, et de toute une série d’affections respiratoires chroniques…

Vous dormez mal ? Lâchez donc le tabac…

En plus de ses innombrables effets délétères sur la santé, le tabagisme perturbe le sommeil, et ses victimes dorment nettement moins que les non-fumeurs. En cause, le syndrome de manque en nicotine provoqué par leur abstinence nocturne. Les troubles de l’endormissement et du sommeil profond sont ainsi quatre fois plus fréquents chez les fumeurs. Une équipe américaine a comparé le sommeil de 40 fumeurs et de 40 non-fumeurs, tous en bonne santé et dont aucun ne prenait de somnifères.

La plupart des travaux menés dans ce domaine reposaient jusqu’à présent sur le recueil de données subjectives : « j’ai bien (ou mal) dormi »… Ce travail au contraire, est basé sur l’analyse des tracés polysomnographiques des patients. Leurs rythmes cardiaques et respiratoires ont été recueillis en continu durant la nuit, pour analyser les différentes phases de sommeil.

A partir de ces critères scientifiques et rigoureusement objectifs, l’auteur a déterminé que les troubles les plus fréquemment observés chez les fumeurs surviennent au début de la nuit. « La nicotine inhalée en fin de journée exerce (d’abord) son effet excitant, ce qui explique pourquoi les fumeurs ont tant de mal à s’endormir », précise l’auteur.

Plus tard dans la nuit, c’est au contraire le manque de nicotine qui pose un problème aux fumeurs. Les phases de sommeil profond notamment, sont raccourcies par rapport à celles des non-fumeurs. « Ces résultats sont autant d’arguments supplémentaires pour abandonner le tabac… et surtout pour ne jamais tomber dans le piège de la première cigarette ».

La santé de nos poulets bat de l’aile

Les poulets d’élevage industriel n’ont vraiment pas la forme. Selon une équipe britannique, ces poulets « standards » élevés dans de minuscules espaces ont de sérieuses difficultés à se mouvoir. Et ils sont d’une maigreur anormale… à défaut de faire peur.

Ce constat, c’est l’équipe du Dr Toby Knowles de Bristol qui le formule après avoir « suivi » 51 000 poulets pendant 40 jours. Race, alimentation, comportement… De nombreux paramètres ont été pris en compte.

Il en ressort que « 27,6% des animaux présentaient une faible capacité de mouvement » remarque Knowles. Et « 3,3% étaient presque incapables de se déplacer ». Conséquence, les poulets montrent des signes sérieux de déficit en termes de masse musculaire. En clair, ils sont trop maigres.

Pour les auteurs, c’est du côté de la génétique qu’il faut regarder pour approcher les raisons de cette situation. « La sélection génétique intensive menée ces 50 dernières années joue un rôle direct dans l’affaiblissement général des poulets de batterie. » En optant pour une productivité accrue, les industriels ont en effet sélectionné un poulet « qui grandit le plus vite possible et presque sans bouger ». C’est certes bon pour les affaires… mais plus discutable sur un plan sanitaire. Ces pauvres bêtes n’ont même plus le temps de se constituer une musculature normale.

Pour ne pas perdre la tête, privilégiez les oméga-3

Les oméga-3 étaient déjà reconnus pour avoir un effet cardioprotecteur, mais une équipe française vient de leur découvrir une vertu nouvelle. Ils diminueraient en effet le risque de démence, en protégeant nos facultés de mémorisation. Tout comme les fruits et légumes, d’ailleurs !

Pour parvenir à ce constat, une équipe française s’est penchée sur le régime alimentaire de 8 000 personnes de plus de 65 ans. Au début de l’étude, aucune ne présentait de troubles dégénératifs. Quatre ans plus tard, 183 souffraient de la maladie d’Alzheimer et 98 d’une autre forme de démence.

Chez les consommateurs d’huiles riches en oméga-3, le risque de ces affections s’est avéré moins élevé de 60% que chez des sujets qui leur accordaient une faible place dans leur alimentation. Quant aux adeptes des fruits et légumes (une fois par jour), ils ont vu leur risque diminuer de… 30%.

« Ces résultats pourraient avoir des implications majeures en termes de santé publique. Pour autant, nous avons besoin de mener d’autres travaux pour connaître précisément le seuil au-dessus duquel, les oméga-3 et les autres nutriments s’avèrent bénéfiques », souligne l’auteur.

La pollution attaque avant même la naissance…

Une équipe franco-allemande vient de démontrer les risques de la pollution atmosphérique pour la santé… des enfants à naître ! Plus une future mère respire de particules fines, et plus elle risquerait de mettre au monde un enfant de faible poids. Le Centre national allemand de Recherche pour l’Environnement et la santé, ainsi que l’INSERM en France, ont suivi 1 000 femmes et leurs enfants nés à Munich en 1998 et 1999. Plus précisément dans 40 quartiers différents de la métropole bavaroise.

Les auteurs ont mesuré le degré de pollution de chacun de ces quartiers. Ils se sont notamment intéressés aux particules fines émises par les véhicules à moteur diesel. Des particules maintes fois pointées du doigt à cause du danger qu’elles représentent pour la santé. Quant aux femmes, elles ont répondu à un questionnaire portant sur leurs habitudes de vie, de manière à ce que soient bien pris en compte d’autres facteurs de risque éventuellement liés à un faible poids de naissance. Comme le tabagisme, par exemple !

Selon l’auteur de ce rapport, « la proportion de nourrissons présentant un petit poids de naissance (moins de 3 kilos) a été fortement corrélée à un niveau élevé d’exposition des futures mères aux particules fines ». Voilà donc encore une preuve de la relation directe entre particules fines et risques sanitaires…


M.F

Menara.ma


Dernière édition par tamzilte le Mer 4 Juin - 4:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Naima
Webmaster
Webmaster


Messages : 1800
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: La Lettre de ''Destination Santé''   Ven 28 Mar - 6:22

Buvez, buvez de l'eau... mais pas seulement

Deux litres et demi, trois litres ? Il n'y a pas consensus quant à la quantité de liquide dont notre organisme a besoin pour bien fonctionner. Avec 3 litres quotidiens les recommandations américaines font figure de « jumbo »… à l'image des portions pratiquées dans le pays.

En tout état de cause, « même si une telle quantité n'est pas nécessaire, cela ne peut pas faire de tort si les reins fonctionnent bien », a expliqué le Dr Pascale Modaï, nutritionniste, lors d'une conférence organisée au MEDEC. Deux points importants :

Sur cette quantité totale, un litre nous est apporté par l'alimentation. En principe. Parce que selon une étude CREDOC, seuls les seniors ont des apports alimentaires en eau suffisants. Les adultes mais encore plus les ados et surtout les enfants (727 ml par jour seulement au lieu des 900 à 1 000 ml recommandés) sont en réel déficit. Une solution, consommer plus de légumes frais, de potages, de purées…

Par ailleurs, seule une très faible minorité absorbe suffisamment de liquides non-alimentaires. Même en se basant sur la norme française de 1 500 ml quotidiens en plus du litre théoriquement apporté par les aliments, nous sommes loin du compte. Seuls 14% des adolescents boivent assez. Cette proportion atteint 27% pour les adultes, mais elle ne dépasse pas 22% chez les 55 ans et plus !

Selon l'étude CREDOC, le « manque à boire » serait ainsi de l'ordre d'un demi-litre par jour pour les enfants, de 0,4 litre pour les 12-19 ans et les plus de 55 ans, et de 0,2 litre pour les adultes. Une analyse un peu fine montre cependant que sur les 1,3 litre et 1,2 litre bus par les adultes et seniors, près de 15% sont apportés par des boissons alcoolisées.

Nous devons donc faire un effort pour assurer à notre organisme l'hydratation dont il a besoin. Boire de l'eau -le seul fluide indispensable - mais aussi des boissons chaudes (thé, tisanes, café) ou rafraîchissantes (jus, sodas, boissons lactées…). « Variez vos boissons » souligne le Dr France Bellisle (INRA), « il est plus facile d'atteindre la norme recommandée. » Et Pascale Modaï de surenchérir. « Mieux vaut boire ‘trop' (par rapport aux normes) que pas assez ». Et elle recommande aux parents de ne pas diaboliser le sucre, « réservons les boissons avec édulcorants aux enfants qui ont de vrais problèmes de poids. »


Destination Santé

Menara.ma

_________________
http://naima-imzilnes-dades.easyfreeforum.it/index,eff,15504.html
Revenir en haut Aller en bas
http://naima-imzilnes-dades.easyfreeforum.com/index,eff,15504.ht
tamzilte
Admin


Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: La Lettre de ''Destination Santé''   Mer 4 Juin - 4:36

Se laver les mains, c'est le geste santé


Près de 2 millions d'enfants meurent chaque année de diarrhées. Or d'après une équipe américaine, le simple fait de se laver les mains à l'eau et au savon réduirait ce chiffre de moitié. Y compris parmi les moins d'un an, même lorsqu'eux-mêmes ne se lavent jamais les mains…

Car ces tout petits, trop jeunes pour se laver les mains seuls, constituent l'essentiel des victimes. Plus l'enfant est jeune et plus il est exposé à ces diarrhées, le plus souvent transmises par son entourage. L'hygiène des mains est donc essentielle. Le docteur Stephen Luby et son équipe, du CDC d'Atlanta, ont évalué son impact en suivant 36 familles modestes de Karachi, au Pakistan. Résultat : sur une année, les moins de 15 ans qui ont appris à se laver les mains avec de l'eau et du savon, souffrent deux fois moins de diarrhées que ceux qui ne respectent pas cette règle d'hygiène. Quant aux petits de moins de 5 ans, la fréquence de ces épisodes a diminué de près de moitié chez ceux dont les parents se lavaient régulièrement les mains.

Le savon élimine physiquement les agents susceptibles d'entraîner des diarrhées chez de jeunes enfants vulnérables. C'est dire l'importance de l'hygiène en général, et des mains en particulier. Il est en effet indispensable de bien se laver les mains, avec de l'eau et du savon :

•après être allé aux toilettes ;

•au cours de la préparation des repas à chaque fois que vous passez d'un aliment à l'autre;

•avant de manger;

• et à chaque fois que vous vous occupez de votre enfant. Une fois avant, et une fois après…

C'est tout simple, mais c'est aussi la meilleure façon d'éviter de se retrouver plié en deux ou vissé pendant des heures aux toilettes…


Destination Santé

Vivrefemme.net
Revenir en haut Aller en bas
Naima
Webmaster
Webmaster


Messages : 1800
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: La Lettre de ''Destination Santé''   Mar 14 Oct - 9:14

Le citron, un véritable élixir de santé



Le citron ou Citrus limon, vous connaissez bien sûr... Si vous avez appris que c’est l’un des fruits les plus riches en vitamine C, ne croyez pas pour autant avoir fait le tour de la question.




Certes, cette qualité fait du citron un tonique majeur. Vous savez donc qu’il est une excellente protection contre bien des petits maux. Mais n’oubliez pas que les flavonoïdes contenus dans son écorce sont également riches en vitamine P. Le citron est également très utile pour son action sur les capillaires et les vaisseaux. Alors n’hésitez pas : chez lui tout est bon, pulpe et zeste.

www.destinationsante.com

_________________
http://naima-imzilnes-dades.easyfreeforum.it/index,eff,15504.html
Revenir en haut Aller en bas
http://naima-imzilnes-dades.easyfreeforum.com/index,eff,15504.ht
tamzilte
Admin


Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: La Lettre de ''Destination Santé''   Mar 21 Oct - 10:29

L’effet des habits étroits


Une récente étude a prouvé que le port de vêtements trop étroits lors de l’adolescence affecte des troubles au niveau du col de l’utérus en causant des douleurs et peut provoquer la stérilité et diminuer la fécondité chez la femme.

Le professeur Jean DICKSON, expert en hypertension à l’institut Walfson pour médecine préventive en grande Bretagne, a clarifié que l’hypertension causée par le port de vêtements trop étroits peut entraîner une accumulation des cellules de la doublure de l’utérus dans une autre partie du corps causant une inflammation.

Le docteur DICKSON affirme qu’en dépit du fait que cette maladie ait été découverte y a plus de 70 ans mais ils sont dans l’incapacité d’identifier ses causes notant que le secret, est la réponse à la question : comment le tissu trouve le chemin de l’utérus vers d’autres parties du corps causant des souffrances rassemblées avant la ménopause qui parfois se défini par la stérilité ? Il a clarifié que suite au changement de la pression causée par le port de vêtements serrés, cela donne aux cellules une force de poussée considérable qui leur permet de sortir de l’utérus et de se rassembler dans une autre partie du corps.

Il a dit : « le port de vêtements étroits était largement répandue au cours du siècle dernier, entre les femmes d’une certaine classe sociale ce qui leur a causé des inflammations considérables ». Cela se traduit par le fait que la femme est tenue de savoir quoi mettre lors de la menstruation afin de limiter l’accroissement des victimes.

Les experts ont fait observer que si l'interprétation est correcte, l'inflammation de l’utérus doit être, relativement rare, dans les pays où les femmes s’habillent autrement, avec des vêtements larges. Monsieur DICKSON a répondu par un article qu’a publié « le magazine britannique pour femmes et accouchements » où il dit : les études médicales supportent ce sujet dans la même optique, toutes les femmes en inde, par exemple, mettent le sari.

C’est la raison pour laquelle pendant les 30 dernières années, on a relevé que quatre cas d’infection de l’utérus après l’étude de plus de douze mille revues médicales. Contrairement aux pays de l’occident où les femmes mettent différents model de vêtements sérés où l’infection est nettement plus considérable et présente. De son côté, Angelina BERNARD, présidente de l’association d’infection de l’utérus, a affirmé que : le port de vêtement sérés pendant de longues périodes est la cause de la hausse des inflammations de l’utérus, et certainement, les femmes ainsi que les filles doivent éviter ce genre d’habits spécialement pendant la menstruation.

Nous devons commencer une éducation par nous-mêmes en évitant ce genre d’habits et les échanger par des habits larges afin de limiter les dégâts de santé.


Destination Santé
Revenir en haut Aller en bas
tamzilte
Admin


Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: La Lettre de ''Destination Santé''   Ven 8 Jan - 2:45

L’olive dans tous ses états



Et si vous faisiez une cure d’olives cet hiver ? Cela vous rappellerait le soleil, non ? En apéritif, dans un Tajine ou avec des pâtes, ces fruits sont particulièrement riches en antioxydants et en acides gras mono-insaturés (AGM). Autrement dit, de bonnes graisses…

Souvent vilipendée pour sa richesse en lipides, l’olive a parfois – et très injustement- mauvaise presse. N’oublions pas en effet que 75% de ces lipides sont en réalité des AGM, connus pour abaisser le taux de LDL-cholestérol. Vous savez, le mauvais garçon de la bande. Ce n’est pas tout, les acides gras mono-insaturés participent aussi, au renforcement de nos défenses naturelles. C’est bien utile en hiver …

Côté antioxydants, l’olive se défend également plutôt bien. Grâce notamment à la vitamine E, connue aussi sous son nom chimique de tocophérol. Or vous le savez, les antioxydants sont autant de petits soldats qui mènent une guerre sans merci contre les radicaux libres.

Présents en excès dans l’organisme, ces derniers exercent une véritable pression sur l’ensemble de nos cellules. Résultats : vieillissement cutané, développement de maladies cardiovasculaires, de cancers… Bref autant faire le plein d’antioxydants.

N’hésitez pas, consommez les olives sous toutes leurs formes : entières, dénoyautées, vertes, noires… Et si vous voulez une recette savoureuse et santé pour un apéro original, voici une salade dont vous nous direz des nouvelles. C’est simple, il suffit de mélanger des tomates cerises avec un peu de mozzarella, et d’agrémenter le tout d’olives noires. Du vinaigre balsamique, une pincée de fleur de sel, quelques gouttes d’huile d’olive et du basilic… le tour est joué. C’est tout de même plus coloré que les cacahuètes et côté bilan énergétique, il n’y a pas photo !


DestinationSante.com
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Lettre de ''Destination Santé''   Aujourd'hui à 7:20

Revenir en haut Aller en bas
 
La Lettre de ''Destination Santé''
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lettre à destination de la GB taxée
» lettre ayant voyagé(loin)avant d'arriver à son destinataire
» lettre liée
» Nathaniel Hawthorne - La lettre écarlate
» Lettre de Denain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAWTNA :: Espace Féminin-
Sauter vers: