SAWTNA

Bienvenue sur SAWTNA, le site de tous les Marocains
 
AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Festival Gnaoua d'Essaouira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 539
Date d'inscription : 13/11/2007
Age : 48

MessageSujet: Festival Gnaoua d'Essaouira   Mer 25 Juin - 4:39

La XIe édition du festival Gnaoua, musiques du monde pour le bonheur de tous les mélomanes



C'est l'un des plus grands, sinon le plus grand quotidien du monde qui le dit, le «New York Times» : «Essaouira, ce rêve d'une nuit d'été où l'on vient pour la musique et où l'on découvre la magie de toutes les beautés de tous les instants, où que l'on se trouve et quelle que soit l'heure du jour et de la nuit».

Le texte, signé Steve Dougherty, fait partie d'un grand reportage que le quotidien de New York a consacré en mai dernier au festival des Gnaouas, musiques du monde, qui célèbre cette année, du jeudi 26 au dimanche 29 juin la onzième édition. Il y a l'émotion, bien sûr, mais aussi la part extraordinaire et profonde de la découverte qu'un observateur américain, connu pour être l'un des meilleurs connaisseurs de la musique world, restitue pour nous, sous l'?il frais et indépendant.

Le grand reporter américain a comparé, ni plus ni moins, le festival d'Essaouira à celui de Woodstock de la Méditerranée et du monde arabe, qui est à la mémoire des mélomanes ce qu'une planète futuriste est au monde, immense, surprenante et attirante. A un mois plus ou moins de la onzième édition qui nous agrémente, cette année, d'un programme inédit, le ton est donné par un quotidien américain.

Et c'est d'autant plus significatif que son regard est dépouillé de préjugés, il se projette dans une lisse neutralité, vibre simplement aux émotions. Dans cet ordre d'idées, nous plongerons de nouveau dans la fête de la musique du monde, nous nous laisserons emporter par des rythmes incandescents qui, pour être renouvelés et diversifiés, n'en restent pas moins fidèles au socle de l'enracinement dans une cité magique qu'est Mogador-Essaouira. Plusieurs scènes musicales, douze si l'on regroupe tous les espaces où la musique, en tous ses états, sera déployée pendant quatre jours sans interruption. Une programmation exceptionnelle, parce que marquée par le souci de valoriser -sur fond du répertoire pérenne des Gnaouas - les autres genres, les styles et les mélodies venus d'ailleurs.

Avec un sens de l'organisation qui n'a d'égale que son ambition de rester fidèle à son image de cité de la musique universelle, Essaouira accueille fiévreusement cette année la XIe édition. Elle franchit cette onzième étape avec sérénité et l'assurance d'avoir été fidèle à ses centaines de milliers de supporters et à un public divers qui fait sa force et son succès. On ne compte plus désormais le nombre de participants et de spectateurs, ils ont frôlé les 600.000 l'année dernière, et chaque saison voit grossir leur nombre, s'élargir aussi leur espace, se renforcer enfin leur ancrage dans un festival culte, un incontournable pèlerinage des sens et des émotions. L'organisation administrative s'entend, sécuritaire et humaine, gagne chaque année en expérience dans une ville qui se transforme en termes de gestion des cérémonies et d'accueil.

Les mélomanes de la musique gnaouie se donnent ainsi rendez-vous comme chaque année sous le signe de l'amour des sons et des chants, des instruments traditionnels comme le guimbri, le ganga et les crotales, des autres aussi comme le saxo, l'acoustique, la percussion, la flûte que les autres musiciens invités apportent dans leurs bagages. Sous le signe de la fusion, l'édition de cette année propose une programmation riche et unique. Si l'ouverture, jeudi 26 juin au soir, sur la place Moulay Hassan, est marquée par le spectacle de la célèbre troupe coréenne «Samulnori Molgae» en duo avec Gnaoua Bâalil, suivi sur la même scène d'un concert de Justin Adams, de celui d'Eric Legnini Trio et de Mustapha Bakbou, les autres espaces démarreront en trombe dès 20 h 30 et enchaîneront toute la nuit.

La ville résonnera, comme chaque année, des musiques et des mélodies du monde, sous le puissant courant des artistes et mâalems gnaouis, mais également en plongeant dans les autres répertoires de la musique internationale, représentée ici par les artistes et les troupes de renommée. Les groupes et artistes gnaouis se succéderont pendant quatre jours de suite, pour nous livrer des voix profondes, des chants, des sons, des transes : Bana de Marrakech, Mohamed Kouyou, Ahmed Bakbou, Abdelkébir Marchane, Tyour Gnaoua, Abdeslam Belghiti, Abdallah Guinéa, l'illustre Mahmoud Guinéa, Hamid El Kasri, Mahjoub El Gnawa de Safi, Allal Soudani, Abdeslam Alikane, Ganga d'Essaouira, Abdenbi.
Des troupes étrangères , des fusions magnifiques les relayeront pour le grand bonheur d'un public , disparate, multiple, coloré, bigarré mais fédéré sous le signe de la musique universelle et de la créativité magique d'une cité qui devient un temple.

Les scènes publiques, à ciel ouvert , se voient ainsi complétées par les soirées, Lilates », où la transe devient spirituelle, plus profonde parce que menée par le rythme d'une musique de chambre et de percussion intime dans les traditionnels riads, comme la légendaire Dar Souiri qui accueillera notamment le trio Joubran, chrif Regragui, Zaouiat gnaoua, Chez Kébir, où se produiront le duo Fermin et Nelson d'Argentine, Karim Zyad, Franck Vaillant, Andy Narell avec Abdenour Jemaâ ; ensuite la scène du «marché aux grains », etc…Le jazz , ce bonheur de communion moderne, aura ses artistes phares : Wayne Shorter et son quartet, le reggae avec Ky-Mani Marley. De la musique donc, de la chanson et des transes, c'est peu dire que Mogador-Essaouira drainera dans une ambiance chaleureuse et fraternelle les centaines de milliers de spectateurs, tant il est vrai que le Festival Gnaoua, musiques du monde a déjà posé ses marques pour figurer parmi les plus importants et les plus célébrés.

La programmation est riche et diversifiée, elle traduit l'attachement des organisateurs à l'exigence d'élever la qualité et la barre très haut, à rester fidèles à eux-mêmes, c'est-à-dire traduire le rêve d'une « nuit d'été » en un idéal collectif de partage et de bonheur. L'évènement est suffisamment rare pour que l'on s'y arrête.

Engouement du New York Times
Dans son édition du week-end du 10 mai dernier, le grand quotidien américain «New-York Times» a consacré trois pleines pages à Essaouira et à l'édition 2007 de son Festival Gnaoua et Musiques du Monde.

Sous la signature de Steve Dougherty, le spécialiste reconnu de la musique et des voyages inédits, tous les superlatifs y sont passés en revue pour évoquer Essaouira «ce rêve d'une nuit d'été où l'on vient pour la musique et où l'on découvre la magie de toutes les beautés et de tous les instants, où que l'on se trouve et quelle que soit l'heure du jour et de la nuit.»

Soulignant le libéralisme et la modernité du projet de société mis en œuvre par S.M. le Roi Mohammed VI, le «New York Times» met en relief dans ce contexte la spécificité du Maroc dans l'espace arabo-musulman. Le quotidien new-yorkais note en passant le paradoxe surprenant entre les «warnings», avertissements émis par le Département d'Etat et la douce réalité exprimée par Essaouira où tout est sérénité, grâce et convivialité.

Tous ces messages, tous ces signaux sur trois pleines pages dans le plus exigeant des quotidiens américains et qui plus est, dans l'édition du week-end qui est la plus lue de la semaine, on à peine à y croire.
Qui en effet aurait imaginé que le Maroc serait un jour présenté à l'élite américaine avec ces accents passionnés où le lyrisme le dispute à chaque ligne à l'enthousiasme.


Par Hassan Alaoui | LE MATIN
Revenir en haut Aller en bas
 
Festival Gnaoua d'Essaouira
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ldoll Festival à Lyon le 9 et 10 octobre 2010
» Sortie au Festival photo nature de Namur le 16 octobre 2010
» Festival de bande dessinée de Renaison (Roanne)
» Sortie au Festival photo nature de Montier en Der le 20 Novembre 2010
» hors série du journal "L'Alsace Le Pays" sur les 25 ans du festival Bédéciné à Illzach

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAWTNA :: Flash Info-
Sauter vers: