SAWTNA

Bienvenue sur SAWTNA, le site de tous les Marocains
 
AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Remparts et Portes de Marrakech

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tamzilte
Admin
avatar

Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Remparts et Portes de Marrakech   Mer 25 Juin - 8:08

Les portes de Marrakech


La Médina de Marrakech est entièrement entouré par 19 kilomètres de remparts percés de 18 portes, les « Bab » qui adoptent souvent la forme religieuse du mihrab. La muraille originelle fut bâtie par l'Almoravide Ali Ben Youssef au début de XIIème siècle pour se protéger des attaques extérieures.



Le tracé almoravide de la muraille a été détruit dans sa partie sud. Les remparts sont construits entièrement en pisé selon une technique séculaire mise en point en Phrygie au VIIème siècle avant JC.

Des tables de bois, se faisant face par paire, sont rendues solidaires par des tiges de fer ou des bâtons de bois à la largeur souhaitée, comme le fait l'industrie moderne du bâtiment avec les … avant de couler le béton. En lieu et place du béton, c'est un mélange de sable rouge, tamisé finement et de chaux qui est utilisé, ce mélange étant humidifié et tassé à la masse. Malgré son aspect fragile, la longévité des constructions bâties selon cette technique est exceptionnelle, et l'essentiel de la muraille est d'origine almoravide et remonte à presque 900 ans. Voir plan de la ville.

L'ancienne Bab Fès ( porte de Fès) devenue Bab Khémis ( la porte du jeudi), ainsi que Bab Debbagh ( la porte des Tanneurs), toutes deux situées sur la partie Nord Est de l'enceinte datent de l'époque almoravide ainsi que la partie des murailles proche de ces deux portes.
L'enceinte fut progressivement repoussée par les souverains successifs jusqu'au XVIIIème siècle où elle connut son tracé définitif. Depuis cette date, elle est régulièrement restaurée. Actuellement, les travaux de restauration se situent dans la zone de Bab Aïlen. Voir carte. Le tour des remparts, effectué en fin d'après-midi, lorsque les rayons du soleil couchant illuminent d'une lumière irisée les murs rouges sont un incontournable de la visite de cette cité
De nombreuses calèches, stationnées sur la place Djemâa El Fna ou près de Bab Kob, vous propose un tour complet, qui dure 2 heures, et le double, si vous en profitez pour demander au cocher 3 ou 4 haltes vous permettant de franchir à pied quelques portes laissant accès à des quartiers à voir absolument : Bab Er Robb et Bab Agnaou pour le quartier inoubliable de la Casbah, au cœur de laquelle nous pouvons vous trouver un riad somptueux à louer , ou Bab Debbagh pour voir les tanneurs, ou encore Bab Aghmat par laquelle les troupes almohades d'Abd El Moumen s'emparent de la ville en 1147.

Le tarif des calèches utilisés à 3 ou 4 personnes se négocie autour de 100 Dhs l'heure.

Un tour des remparts en calèche idéal dure 4 heures, suppose quelques déplacements pedestres, et emprunte le circuit suivant :
Vous empruntez votre calèche dans la file de celles qui attendent à Bab Nkob, large trouée par laquelle l'avenue Mohamed V rejoint la Koutouba et la médina et prenez l'avenue El Yarmouk jusqu'à Bab Jdid, que laissez sur votre gauche
Vous longez la muraille qui vous sépare du parc de la Mamounia. Au rond point sur lequel vous arrivez 500 mètres plus loin, vous continuez à longer par la droite le cimetière musulman de Bab Ech Charia abritant le mausolée de l'un des 7 saints de Marrakech: Sidi Es Souhaili.( Voir histoire). Ce mausolée est interdit d'accès aux non-musulmans - Le Maroc ne comportant que 4 lieux saint dont la visite est autorisée aux noan-musulans ( Voir page Islam). BabEch Charia, aujourd'hui murée, est construit à l'endroit ou les troupes Almohades d'Abd El Moumen percèrent les défenses almoravides en 1147 avant de massacrer tous les proches de l'ancienne famille règnante.
Vous arrivez à Bab Er Robb. Vous laissez votre calèche et gagnez à 30 mètres Bab Agnaou, qui constitue l'entrée du quartier de la Kasbah des Almohades.



Bab Doukkala - by Lucian Millis


Bab Agnaou constitue l'un des sommets au plan architectural de la culture almohade du XIIème siècle, et donne accès aux Tombeaux Saadiens à 50 mètres. Vous reprenez votre calèche pour vous dirigez vers Bab Ksiba et entrez dans la vieille ville par Bab Ighli. Vous laissez à votre droite l'école normale, et traversez le Grand Mechouar, qui sépare en deux le Palais royal. A l'autre bout, à Bab El Makhze, continuez tout droit dans une rue assez large, mais populeuse, ou vous pourrez acquérir une bouteille d'eau auprès d'une des petite épicerie de la rue. 200 mètres devant vous, la Bab Rhmat. A sa sortie, vous prenez le rond point et tournez à gauche vers Bab Aghmat puis BabAïlen toujours en longeant les remparts.C'est à la hauteur de Bab Aïlen que se trouve la mosquée de Cadi Ayad Ben Moussa. C'est également par cette porte que les Almohhades tentèrent en vain de s'emparer de Marrakech en 1129. Plus loin, vous parvenez à l'un des deux portes qui desservent le quartier des tanneurs : Bab ed Debbagh et Bab Kechich. En vous rapprochant des bassins, vous aurez à l'esprit et au nez quelques uns des principaux éléments chimiques naturels utiles au tannage :urine de bovin, acide sulfuriquique, fiente de pigeon... Poursuivant votre périple, vous parviendrez à l'imposante Bab El Khemis, la porte du jeudi, gardée par deux imposants bastions. De là part la route de Fez, c'est également le point de passage pour qui voudrait se rendre à la Medersa Ben Youssef.

A partir de Bab El Khemis, votre calèche empruntera la route de la Palmeraie jusqu'à la gare routière de Bab Doukhala, édifiée au XIIème siècle par les Almoravides. De là, vous êtes à 400 mètres de Bab El Raha. L'étape suivante est Bab Nkob d'où vous êtes parti.




LE TOUR DES REMPARTS .
Sur une dizaine de kilomètres, les remparts de Marrakech forment une imposante enceinte en pisé d'argile et de chaux. La muraille, haute de 8 à 10 m, est percée de dix portes monumentales de style hispano-mauresque dont certaines ont servi de modèle dans d'autres villes du Maroc. Elevée au début du XIIe siècle, l'enceinte fut élargie lors des agrandissements successifs de la médina, à la fin du XIIè siècle, puis au XVIIe siècle. Pour effectuer, de porte en porte, le tour des remparts, l'itinéraire commence PLACE DE LA LIBERTE, à l'ouest de la médina. Dans la partie nord de la muraille, s'élèvent les ruines de BAB EL-RAHA, dont il ne subsiste qu'une baie puis se dresse juste avant la gare routière, BAB DOUKALA. Cette porte, édifiée sous le règne des Almoravides, tire son nom d'un territoire qui s'étendait au nord de la ville où était autrefois établi le quartier des lépreux, de Marrakech. Le tour emprunte un instant la route de Fès, puis conduit à la pointe septentrionale des remparts.

BAB DOUKKALA . Elle ouvre au nord-ouest, sur la route du pays Doukkala, du nom du peuple aujourd'hui établi dans la plaine située dans l'arrière-pays d'El-Jadida.

BAB EL-KHEMIS. Entourée de deux bastions massifs destinés à protéger le principal accès au nord-est de la médina, Bab el-Khemis (la porte du jeudi) anciennement appelée porte de Fès, ouvre sur l'esplanade où s'anime le jeudi un souk aux bestiaux. La légende locale raconte que les vantaux dont la porte est dotée auraient été rapportés d'Andalousie par un sultan.

BAB ED-DEBBAGH . Formée de cinq coudes pour défendre l'entrée est de la médina, Bab ed-Debbagh donne accès au quartier des tanneurs. Pour profiter de l'eau et de l'espace nécessaires à la préparation des peaux et entraîner les odeurs âcres de leurs ateliers hors de la ville, les tanneurs se sont installés depuis le XIIe siècle à l'extérieur de la médina, à proximité de l'oued Issil. C'est à l'intérieur de l'enceinte, de l'autre côté de la porte, que se sont établis les artisans du cuir. La maroquinerie de Marrakech est une tradition ancestrale de réputation internationale. L'origine de son nom provient du nom "Maroc", anciennement attribué à Marrakech, et qui désignera plus tard le pays tout entier. La vogue du maroquin date, en Europe, de la Renaissance. Le cuir était à l'origine surtout utilisé pour la reliure. Malgré l'implantation croissante des tanneries industrielles, on peut encore découvrir autour de Bab ed-Debbagh les méthodes traditionnelles de traitement des peaux et du travail des cuirs.

BAB AYLEN . C'est ici que les Almohades furent vaincus en 1129 alors qu'ils tentaient de s'emparer de Marrakech. La porte fut édifiée, trois ans plus tôt, en même temps que les premiers remparts par les Almoravides, sous le règne d'Ali Ben Youssef, pour empêcher les Almohades d'entrer dans la ville. Elle a conservé le nom d'une tribu berbère.




BAB AGHMAT . L'entrée est de la médina prit le nom d'une bourgade, autrefois capitale régionale de la VALLEE DE LOUKIKA. C'est par cette porte que les Almohades pénétrèrent dans la ville, en 1147, à la suite d'un siège, d'une famine et de la lassitude des mercenaires chrétiens découragés, auxquels Abd el-Moumen avait promis la vie sauve. En face de Bab Aghmat se dresse la ZAOUIA DE SIDI YOUSSEF BEN ALI, un saint, atteint de la lèpre, mort en 1196, et dont le tombeau continue à attirer bon nombre de fidèles. C'est l'un des sept saints patrons de Marrakech. Un pèlerinage sur les tombes des sept protecteurs de la ville fut institué par Moulay Ismaïl pour redorer le blason de Marrakech qui souffrait, sur le plan religieux, de la roncurrence du pèlerinage des sept saints Regraga autour d'Essaouira. Cette manifestation annuelle eut beaucoup de succès, mais fut à partir du XVIIIe siècle vivement contestée par les musulmans orthodoxes. Ces derniers rappelaient que, de par les préceptes coraniques le croyant ne pouvait adresser de prières qu'à Dieu seul. Aujourd'hui, l'expression familière "aller aux sept hommes" est encore utilisée : elle signilie "aller à Marrakech".

BAB AHMAR . Derrière le plus grand cimetière de Marrakech, s'élève Bab Ahmar, la porte rouge, bâtie par les Alaouites au XVIIIe siècle. Exclusivement empruntée par les sultans pour se rendre dans leur palais, cette porte permet aujourd'hui - quand le roi ne séjourne pas à Marrakech - d'accéder à la place du méchouar qui jouxte le DAR EI.-MAKHZEN. Le palais royal, construit par les Almohades au XIIe siècle, fut remodelé au XVIe siècle par les Saadiens, puis restauré au XVIIe siècle par les Alaouites. Le méchouar (place d'armes) intérieur conduit au JARDIN DE LAGDAL et au GRAND MECHOUAR où, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et au XIXe siècle, des fêtes prestigieuses étaient organisées. Sur cette immense place d'armes, les meilleurs cavaliers articipaient aux fantasias organisées à l'occasion des moussems (fêtes religieuses).

BAB ER-ROB. Depuis BAB IGHLI, située au fond du Grand Méchouar, le tour des remparts conduit à Bab Ksiba puis à Bab er-Rob (la porte du jus de raisin). Cette porte almohade revêtait un important rôle défensif puisqu'elle reliait la médina à la casbah (quartier fortifié). Yacoub el-Mansour avait interdit que le jus épaissi de raisin (sorte de vin cuit dont on raffolait à l'époque) soit introduit à Marrakech par une autre porte, de manière à en contrôler le trafic. C'est sur les vantaux de Bab er-Rob que le sultan mérinide Abou Thabit fit exposer, en 1308, six cents têtes de révoltés. Encore en partie murée, la porte abrite aujourd'hui un magasin de poteries. Au milieu du cimetière voisin s'élève Bab ech-Charia, la porte édifiée au Xlle siècle par les Almohades, puis dans l'axe de la longue avenue de la Ménara se dresse BAB EL-JEDID. C'est à quelque dizaines de mètres de cette porte que se trouve le fameux hôtel de La Mamounia.


Source : emarrakech.info
Revenir en haut Aller en bas
tamzilte
Admin
avatar

Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Remparts et Portes de Marrakech   Mer 25 Juin - 9:36

Les remparts de Marrakech





Les remparts et le haut atlas


************




Matériaux de base : pierres, terre et chaux.
Date de construction : début du XIIe siècle à l’époque des Almoravides.
Fut ordonnée entre 1120 et 1135 A.JC à l’époque du Souverain Almoravide Ali Ben Youssef, conseillé par le Cadi en chef de Cordoue Abou Al Walid Ibn Rochd grand père d’Averroès, pour lutter contre les menaces que représentaient les tribus du haut Atls, soulevés par la dynastie naissante des Almohades.

Périmètre : plus de 19km
Hauteur du mur : 6 à 8m
Tourelles pour la garde avec passage ne dépassant pas 0.60m : près de 200 tourelles.

Distance moyenne entre les tourelles = 35m
Percé par près d’une vingtaine de portes monumentales, permettant l’accès exclusif des tribus selon les directions menant à la ville, il semble encore protéger la médina d’improbables envahisseurs


Source: marrakech-ville.com
Revenir en haut Aller en bas
tamzilte
Admin
avatar

Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Remparts et Portes de Marrakech   Mer 25 Juin - 9:44

BAB AGNAOU




Aucun texte ne permet de préciser l’age de cette porte, mais le style de l’édifice atteste son origine, et son importance architecturale la désigne immédiatement comme la porte principale de la casbah de Marrakech.
Son nom n’apparaît dans les textes et plans qu’en XIXe siècle. Pourtant qu’elle n’a pas été notre surprise en lisant dans le manuscrit des Masàlik (Constantinople) que le bassin qui se trouvait devant « Bab Nefis », c'est-à-dire, devant la porte principale de la casbah almohade, portait le nom de Birka (bassin) àqnà.

Il est difficile de ne pas voir dans « àqnà », qui signifie en arabe « celui qui a un nez aquilin » ou « grappe de dattes », le mot « agnàù » qui n’a pas de sens en berbère, car d’après l’I’ilam… le mot désigne « un bélier sans cornes et sans voix », comme il désigne aussi « le muet » chez Desting, mais aujourd’hui, le mot s’est étendu à « nègre » référant au Guinéen.

Pourquoi cette porte a-t-elle conservée son nom au XIXe siècle ? Nous l’ignorons. Aurait-elle été surnommée ainsi du jour où elle a perdu ses tours, considérées comme ses cornes ? Ce n’est pas impossible ! Sur un plan Portugais datant de 1585 retrouvé à l’Escorial, Kohler nous dit (in Relation de la vie et de la mort) que « Bab Agnaou » est appelée « portas des esquife garda delcaçba ». Cette porte est très souvent citée dans les textes et surtout à l’occasion d’exposition de corps ou de têtes de suppliciés.


Hassan LAGHDACH
Revenir en haut Aller en bas
tamzilte
Admin
avatar

Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Remparts et Portes de Marrakech   Mer 25 Juin - 9:45

Bab AGHMAT (Bab GHEMAT)




Attestée sous les almoravides dès 1147, cette porte doit son nom à l’ancienne capitale du Haouz avant la fondation de Marrakech.

Il semble qu’elle ait porté un autre nom : « Bàb Yintàn ». E.Lévi Provençal suivant l’auteur de la Sà-àdat suppose que Bàb Yintàn, correspond à Bàb Aylàn à cause de la similitude de la graphie des deux noms. Si on prenait en considération que Bàb Aghmàt fut appelée Bab-Alfath (porte de la victoire) sous l’Almohade Abù Dabbus, on comprenait mieux l’indécision des manuscrits des Hulal : « Yintàn » était un nom d’homme et de nombreux personnages l’ont porté sous les Almoravides. Etait-il celui du constructeur de cette porte ? D’après un maçon, les Yintawun auraient formé, à un certain moment de l’histoire, une agglomération ou une fraction de tribu de maçons dans le Sous.

C’est en 1147 que les Almohades pénétrèrent dans la ville ; d’après Ibn Al-Atir, les mercenaires chrétiens ouvrirent la porte d’Aghmat à Abdal-Mù min pour avoir la vie sauve. Le plan de cette porte parait trop compliqué pour l’époque Almoravide. Les matériaux employés sont surtout le béton de chaux et la brique.


Hassan LAGHDACH
Revenir en haut Aller en bas
tamzilte
Admin
avatar

Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Remparts et Portes de Marrakech   Mer 25 Juin - 9:46

BAB AHMAR




Situé au sud est de la médina ;
Bâti lors de la construction du quartier BERRIMA pour faciliter l’accès du SULTAN au MSELLA (lieu ou s'effectue les prières des deux fêtes musulmanes: fête de la fin du Ramadan et celle du mouton);

Cette porte fait référence à la tribu AHMAR qui l' empruntait jadis pour accéder à Marrakech
Revenir en haut Aller en bas
tamzilte
Admin
avatar

Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Remparts et Portes de Marrakech   Mer 25 Juin - 9:47

BAB ED-DEBBAGH (porte ad-dabbaghin : tanneurs)




Les textes font mention de cette porte dès la prise de Marrakech en 1147. Les tanneurs sont toujours installés dans le même quartier.

Elle est par sa construction, la plus compliquée de toutes les portes de Marrakech : il faut tourner cinq fois avant d’accéder à l’intérieur de la ville.
Ses murs principaux sont construits en béton, avec des parements de brique dans les parties couvertes ; l’ouverture dans la muraille est façonnée en pierres et en briques disposées en lits alternés.

On peut observer que « «Bab ed-Debbagh » n’a sans doute pas été construite d’un seul jet ; exemple : la cour Sud-Est – trop grande- n’a pu être construite dans un but stratégique ; nous devons y voir l’apport d’une dynastie soucieuse d’ajouter un élément nouveau à un édifice construit antérieurement, nous trouvons souvent, à l’époque Almohades ces grands espaces qui, près des portes, servent de lieux de réunion.
Revenir en haut Aller en bas
tamzilte
Admin
avatar

Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Remparts et Portes de Marrakech   Mer 25 Juin - 9:48

BAB IGHLI




Se trouve à l’est de la médina à côté de la route qui mène à la vallée de l’OURIKA ;
C’était la porte principale de la médina, aujourd’hui c’est parmi les portes principales du palais royal;
« IGHLI » veut dire en berbère : « montes », et c’était le nom donné au personne qui la gardait dans une période passée.
Revenir en haut Aller en bas
tamzilte
Admin
avatar

Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Remparts et Portes de Marrakech   Mer 25 Juin - 9:49

BAB DOUKKALA




Pour certains auteurs anciens, elle est connue sous un vieux nom d’origine masmodienne qui désignait, au moins jusqu’au XVIème, un territoire très étendu dont la limite sud était l’oued Tensift et qui comprenait, outre la région actuelle des Doukkala, ce qui constitue aujourd’hui les territoires des Abda, des Ahmer, des Rehamna et ceux des Sgharna.

La grande partie de l’ensemble de Bab Doukkala se détache au milieu de la muraille « Nord-Ouest » de Marrakech. On a pu observer que le plan de Bab Doukkala est unique par son architecture ; l’espace à ciel ouvert est apparu en même temps qu’un nouveau tournant dans le passage coudé.
C’est dans cette vieille forteresse Almoravide que nous allons trouver des éléments de parenté avec « Bab Doukkala ». Nous observons le même plan dans l’enceinte de Tunis chez une dynastie héritière des Almohades : « Bab El-Jdid » bâti par le Khalif Hafsid Al-Watiq en 1276 ; un second « Bab El-Jdid » à Mahdiya, édifié au XVIIème siècle, est restée conforme à la tradition.


Hassan LAGHDACH
Revenir en haut Aller en bas
tamzilte
Admin
avatar

Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Remparts et Portes de Marrakech   Mer 25 Juin - 9:56

BAB ELKHEMIS




porte de Jeudi » jour du souk ou se tient un marché animé ;
Se trouve au nord est de la médina;
On l’appelait aussi BAB FES parce qu’il mène à la route de Fès
Revenir en haut Aller en bas
tamzilte
Admin
avatar

Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Remparts et Portes de Marrakech   Mer 25 Juin - 9:57

BAB TAGHZOUT




Cette porte, actuellement à l’intérieur de la ville du fait de l’adjonction tardive du quartier de Sidi-Bel-Abbès, a conservé son nom dont on ne connaît pas aujourd’hui la bonne signification.

Certains ont pensé au jeu de la poudre, « tagzùt » en berbère ; mais la « fantasia » n’existait pas au temps des Almoravides, pas plus que la poudre. Par contre, c’est un mot qui est fréquemment relevé dans la toponymie berbère et qui indique une « dépression », une « vallée », selon Emile Laoust, un « jardin » ou des « fractions de tribus ».
Il est aussi question d’un village de ce nom dans le Kitàb at-Tas’àwouf d’Ibn Az-zayyat. C’est peut être ce centre qui a donné son nom à la porte de Marrakech ; à moins que ce ne soit tout simplement la vallée du Tensift : une route ancienne, partant de Bàb Taghzout, y mène en ligne droite.

Elle est aussi très souvent appelée « Bàb Sidi-bel-Abbès ». Cette porte, se trouvant au centre de la muraille servira les échanges entre la Zawia et la ville.


Hassan LAGHDACH
Revenir en haut Aller en bas
tamzilte
Admin
avatar

Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Remparts et Portes de Marrakech   Mer 25 Juin - 9:58

BAB JDID




Se trouve à l’ouest de la médina
C’est la porte qui mène directement vers la Ménara.
La plus proche du fameux hôtel LA MAMOUNIA
Revenir en haut Aller en bas
tamzilte
Admin
avatar

Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Remparts et Portes de Marrakech   Mer 25 Juin - 10:01

BAB ER ROB (AR-RUBB)




Ibn Abi zar’ –et Umari, 40 ans plus tard- fût le premier à attester cette porte. Est-elle Almohade ? Nous le pensons quoique le Bayàn laisse supposer qu’elle n’existait pas en 1235(époque d’Arachid). Serait-elle mérinide ? Peu probable, parce que, selon les historiens, la dynastie mérinide s’intéressa moins à Marrakech qu’à Fès.

Cependant, un fait historique pourrait aider à émettre une supposition sur l’origine de l’appellation de cette porte : le souverain Almohade contesta dans une lettre officielle adressée de sa capitale aux habitants de Séville que « les Musulmans dans leur ensemble ont dépassé les bornes de la tolérance habituelle en ce qui concerne la consommation du « rubb » (jus épaissi de raisin) que le gouvernement almohade avait jusqu’ici permis sous forme de sirop cuit, à l’exclusion du vin proprement dit, et l’on a profité de cette autorisation pour se livrer à des fraudes et à des mélanges interdites par la loi ». Evénement notable. En effet Ya’qub al-Mansour prit en 1185 des mesures efficaces pour interdire la consommation du vin. Il fût le seul souverain à agir aussi sévèrement.
Aussi il semble possible de faire remonter à son règne le nom de cette porte comme la réglementation qu’elle sous-entend.


Hassan LAGHDACH
Revenir en haut Aller en bas
tamzilte
Admin
avatar

Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Remparts et Portes de Marrakech   Mer 25 Juin - 10:02

BAB EL MAKHZEN ou BAB KSIBA




En s’appuyant sur ‘Umari, M.Gaudefroy Demombynes a désigné cette porte par « Bab Al-Muhriq » ; Mais ce n’était, de sa part, qu’une mauvaise lecture du texte arabe.

Il a fallu mieux pour cela, s’appuyer sur la chronique almohade qui laisse comprendre que Bab al-Makhzen est à proximité de « Bàb as-Sàri’a » : lors de la brusque attaque almohade contre la foule désarmée qui se promenait devant « Bab Bàb as-Sàri’a », un homme de la suite du Sultan Ali Ben Yusùf lui cria au milieu du désordre « O Almoravide, va donc à une des portes où il n’y a pas d’affluence ». la chronique ajoute : « le Sultan s’enfuit et passa par Bab al-Mahzan ».

Comme cette porte est la plus proche de la Casbah de Yùsùf Ben Tàsufin et des palais qui s’étaient développés par la suite autour de la première forteresse, il est logique que ce passage, en particulier, ait été plus pratiqué par « le Sultan », qu’il fut almoravide ou almohade. ‘Umari nous apprend d’ailleurs que, près de cette porte, se trouvaient des palais immenses. Elle était quelque fois appelée « du palais » (Bàb al-Quasr).

Il est à remarquer qu’elle a donné naissance à une rue, toujours bien conservée, qui mène droit au quartier El Ksour.


Hassan LAGHDACH
Revenir en haut Aller en bas
tamzilte
Admin
avatar

Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Remparts et Portes de Marrakech   Mer 25 Juin - 10:03

BAB AÏLEN (AYLAN)




Cette porte est célèbre depuis le jour où les almoravides infligèrent aux almohades en 1130 la lourde défaite d’ « Al-Bahira ».

Elle est mentionnée dans les textes sous le nom d « Bab Aylàn ». Les Haylàna constituaient une petite tribu de piémonts qui avaient émigré chez les Gadmiwa.« Haulàna » serait un nom de femme que G.de Slane attribue, selon ses lectures des prolégomènes d’Ibn Khaldoun, à « Hélène »( ?). Ce prénom n’est plus de cours du Maroc.

La prothèse de la laryngale /hà’/ dans la transcription arabe des noms berbères était fréquente au Moyen Age. Ibn Khaldoun, lui-même dans son Histoire des berbères…, a eu soin de nous informer que le mot qu’il écrit « hintat »- d’où le nom « Hintata » - se prononçait /inti/ chez les berbères. Cela dit, la forme actuelle « Aylàn » correspond à la prononciation berbère qui se trouve chez Al-Bakri (in Description de l’Afrique Septentrionale).


Hassan LAGHDACH
Revenir en haut Aller en bas
tamzilte
Admin
avatar

Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Remparts et Portes de Marrakech   Mer 25 Juin - 10:04

Bab SIDI GHRIB




Bab SIDI GHRIB est une petite porte entre les deux portes : BAB NKOB et BAB MAKHZEN pour faciliter le passage de la KOUTOBIA au HIVERNAGE.

Le nom «SIDI GHRIB » fit référence au mausolée SIDI GHRIB qui à côté de cette porte.
Revenir en haut Aller en bas
tamzilte
Admin
avatar

Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Remparts et Portes de Marrakech   Mer 25 Juin - 10:05

BAB KECHICHE




Kechich » est le nom du propriétaire du jardin qui était à côté de cette porte
Elle est proche de la rivière ISSIL (Oued ISSIL)
Revenir en haut Aller en bas
tamzilte
Admin
avatar

Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Remparts et Portes de Marrakech   Mer 25 Juin - 10:06

BAB LARAIS (LARISSA ou RAHA ou RKHA
)




Bab larais (Al Arà’is), porte des Fiancées ou des jeunes Mariées ou des petites Mariées ou « Al-Arà’is » (des jardins), ou «Bab Larissa » (al-‘Arisa), de la Petite Mariée.

Cette porte, dont seule la baie subsiste et qui était entretenue récemment, est l’ancienne « Bab-ar-Rahà ».

Le Kitab al-Muntaqà d’Ibn Al-Quadi nous indique que l’oratoire se trouvait entre les quartiers de « Bab Doukkala » et de « Bab Ar-Rahà ».
D’après la position bien connue de cet édifice, nous en déduisons que « Bab Ar-Rahà » était l’actuelle « Bab Laràis » (qui était donc ouverte à la fin du XVIIe siècle. Quant au mot « Rahà », il peut signifier « l’abondance », « le bien être », et par extension, le « bon marché ». Mais on ignore en quelle occasion, ce nom lui fut attribué et en quelle autre, elle le perdit. Faut-il faire un rapprochement entre son nom actuel, « la porte de la mariée », et le quartier « Riyad al ‘Arùs » (le jardin de la mariée » ? – tout en sachant que la rue issue de la porte y mène en ligne droite- . En général, la porte se présentait comme un édifice d’apparat.
Revenir en haut Aller en bas
tamzilte
Admin
avatar

Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Remparts et Portes de Marrakech   Mer 25 Juin - 10:07

BAB NKOB




Bab NKOB se trouve au sud ouest de la médina de Marrakech ;
C’est une porte bâtie à l’ère du protectorat pour lier la nouvelle ville Gueliz de l’ancienne ville la médina.


Source: marrakech-ville.com
Revenir en haut Aller en bas
Naima
Webmaster
Webmaster
avatar

Messages : 1800
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: Remparts et Portes de Marrakech   Mer 25 Juin - 12:51



فالمدينة نالت حقها هي الأخرى من حصص التجميل الذي يرافق عادة حقائب الأجانب في سفرهم، والكثيرون منهم مازالوا ينظرون إلى مراكش نظرة الأسطورة، ويعيدون حكاياتها مع الباشا التهامي الكلاوي المزواري ويوسف بن تاشفين أو مع المعتمد بن عباد وزينب بنت إسحاق النفزاوية، أو غراميات وخمريات شاعر الحمراء ابن إبراهيم، كما كانت تخيط جداتنا قصص حديدان الحرامي، بكثير من توابل الكلام

بمراكش، الفرنسيون أكثر الأجناس إصرارا على تعلم عاميتنا، واليوم لا حاجة للمغاربة وللمراكشيين إلى إضافة جهد لغوي للتواصل معهم، فأينما وليت نظرك في متاجر جيليز، التي يرتادها الأجانب بكثرة، ستجد إعلانات تقديم دروس التقوية في العامية والفصحى المغربية، وحتى مكتبات مراكش تعرض كتبا وأقراصا مدمجة جد أنيقة مخصصة لتعلم لغة الشارع المغربي بـ300 درهم فقط. «فرنسا لها علاقة جمالية وتاريخية قديمة مع مراكش»، هكذا يعلق أحد الفرنسيين، قبل أن يضيف: «لا علم لي أين ستنتهي حدود هذه العلاقة في الزمن القادم». كلام هذا المقيم الفرنسي بمراكش يحمل أكثر من إشارة إلى أن علاقة المد التي دخلتها المدينة الحمراء مع الفرنسيين خلال بداية هذا القرن، تشبه بكثير حركات مد أخرى مشابهة خلال فترة حكم المولى عبد العزيز والمولى عبد الحفيظ في العشرية الأولى من القرن الماضي

الفرنسيون بمراكش ينظرون إلى المدينة باعتبارها إرثا جماليا مشتركا مع المغاربة، فهم لا يعتبرون أنفسهم غرباء عن المدينة وعن تاريخها، ويفتخرون جدا بنظافة مقابرهم بالمقبرة المسيحية بحي جليز حيث يرقد آباؤهم وأجدادهم منذ عشرات السنين، ويعتقدون أنهم أول من كشفوا للعالم الألوان الطبيعية للمدينة عبر لوحات جاك ماجوريل الذي خلدها في لوحاته التشكيلية منذ سنة 1917، سنة استقراره بمراكش وتشييده داره التاريخية بحدائقها ونباتاتها العجيبة

اليوم، هناك استقرار كبير وضخم لرؤوس الأموال الفرنسية بمراكش، مئات المتقاعدين استثمروا مدخراتهم في شقق سكنية وروض ضيافة، أمثالهم استثمروا المليارات في مشاريع سياحية وتجارية، والبعثة الدراسية الفرنسية امتلأت بطلبات تسجيل صغار الفرنسيين، وحتى مصالح القنصلية بالمدينة تعج بطلبات الزواج المختلط، الذي يعد الأعلى بين نسب الزواج في المغرب

مراكش تسير اليوم بجنب الحداثة والانفتاح، وتترك، كلما تقدمت خطاها، بعضا من سحر أصالتها وعطر موروثها الأدبي والصوفي والعمراني، الذي كان سبب افتتان الأجنبي بها، حتى إن المدينة لم تنظر إلى نفسها في المرآة منذ زمن، فكثرة مساحيق التجميل بدأت تفقدها طيبة الأولين


Almassae.press.ma

_________________
http://naima-imzilnes-dades.easyfreeforum.it/index,eff,15504.html
Revenir en haut Aller en bas
http://naima-imzilnes-dades.easyfreeforum.com/index,eff,15504.ht
tamzilte
Admin
avatar

Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Remparts et Portes de Marrakech   Mer 25 Juin - 14:02

Patrimoine marocain, des chiffres à méditer !


eMarrakech - Le Maroc demeure un pays de civilisations et d'histoire bâtie pierre par pierre, sueur par sueur, sang par sang et amour par amour… le patrimoine marocain en témoigne !



Le Maroc, point culminant où se rencontrent les ethnies et où se forgent les esprits de tolérance ; peut être fier de la magnificence qui a tatoué, durant des siècles, son livre d'Histoire ; et d'où nous restent des vestiges/symboles de force des temps !

Cependant, que de tristesse lorsqu'on arrive à toucher la dégradation que subissent certains sites ; et que de douleur quand l'histoire se métamorphose en cartes postales sordides ne servant à rien sinon à orner le passage d'un touriste indifférent !

En effet, les chiffres en sont la preuve. Le Maroc dispose de 15000 sites localisés, dont 300 seulement protégés, selon l'anthropologue Ali Amahan. Le pays dispose aussi d'environ 18 musées dont 3 privés contenant à peut près 200000 pièces et 15000 manuscrits.
Le Maroc voit l'organisation d'environ 1086 manifestations culturelles (moussems) et contient 32 médinas.

Pourtant, aussi riche que soit ce patrimoine, les gens en sont que peu informés vu le manque d'ouvrages en parlant. Même les guides des touristes ne contiennent que peu d'informations et beaucoup de photos.

Pire encore, les Médinas se sont « maquillées » pour être plus accueillantes certes, mais ont perdu beaucoup de leur authenticité. L'histoire de ce petit café de la place Jemaâ El Fna à Marrakech qui datait de décennies et qui avait vu le passage d'hommes d'art et de lettres, en est une preuve ; le café a disparu, malgré la lutte de l'écrivain espagnol Juan Goytisolo, laissant lieu à une boutique de « souvenirs » !

Les « Riads » se sont transformés en maison d'hôtes, et les moussems en manifestations touristiques ; et le patrimoine marocain, en majorité, en imitation simiesque de l'originalité.


Amal Galla

Source:Emarrakech.info
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Remparts et Portes de Marrakech   

Revenir en haut Aller en bas
 
Remparts et Portes de Marrakech
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Collection] Rêves bleus (éditions des Remparts)
» [Snyder, Maria V.] Les Portes du Secret - Tome 1: Le poison écarlate
» DRAGONS PORTES
» (Coll) Jasmine / Editions des Remparts
» LES PORTES DU SECRET (Tome 1) LE POISON ECARLATE de Maria V. Snyder

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAWTNA :: Patrimoine :: Portes et Murailles-
Sauter vers: