SAWTNA

Bienvenue sur SAWTNA, le site de tous les Marocains
 
AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Notre patrimoine rupestre en péril !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tamzilte
Admin
avatar

Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Notre patrimoine rupestre en péril !   Lun 23 Fév - 4:04

Patrimoine rupestre, une source historique en péril


L'Association marocaine tire la sonnette d'alarme

Préserver et protéger le patrimoine rupestre dans son contexte naturel, tel était l'objectif essentiel de l'Association marocaine d'art rupestre (AMAR) en organisant, le 14 février à la Bibliothèque nationale du Royaume, l'exposition-conférence intitulée «Patrimoine rupestre marocain, source historique en péril».



Une conférence qui s'est suivie d'un débat fructueux où les professeurs universitaires et chercheurs spécialistes de l'art rupestre ont tiré la sonnette d'alarme concernant ce patrimoine qui n'a pas cessé de se dégrader ou de disparaître d'année en année entraînant la perte d'un legs ancestral de grande importance.«Notre rôle est de sensibiliser les gens sur l'importance de ce patrimoine. Depuis la création de notre association, nous avons organisé de multiples prestations dans ce sens et fait plusieurs contacts avec les responsables afin de trouver un terrain de collaboration pour mieux gérer cette situation qui devient de plus en plus alarmante, vu que les gravures rupestres, se trouvant dans des régions lointaines, sont dans un état déplorable. Cet art rupestre, tout comme le reste du patrimoine, se trouve ainsi exposé au pillage et à la destruction continue. Il est, de ce fait, impératif de remédier à cela avant qu'il ne soit trop tard. D'où un travail collectif réparti entre douaniers, policiers, autorités locales, élus, société civile… pour arriver à faire de ce patrimoine un facteur de développement durable.

En tant qu'association, nous faisons ce que nous pouvons, mais il faut que les autorités jouent leur rôle si nous voulons arriver à un résultat conséquent.
Ceci se base essentiellement sur la formation et la sensibilisation aussi bien des gens que des départements concernés. L'activité d'aujourd'hui entre dans notre programmation annuelle à cet effet», précise le professeur Mostafa Ouachi, chercheur en histoire et en archéologie du Maroc antique. Donc, à l'aide des diapositives, le professeur Abdelkhaleq Lemjidi a mis l'accent sur le danger qu'encourt cet art rupestre sans que les responsables concernés ne lèvent le petit doigt pour arrêter l'hémorragie, à part quelques interventions sporadiques de temps à autre. Une richesse très diversifiée, du fait que le Maroc représente l'une des aires rupestres majeures du bassin méditerranéen, mais disparaissant par les pratiques de vandales spécialisés ou d'autres inconscients, alors que ces trouvailles sont d'un immense intérêt pour mieux connaître un région.
«En dehors de quelques types de dégradations qui se font sans préméditation, la majorité de ces vandales prennent les dessins qu'ils veulent en faisant des moulages sauvages détruisant la roche. Ce qui fait qu'au bout de 10 à 15 ans, la gravure disparaît partiellement ou complètement, et ce par l'utilisation du produit chimique, le silicone, pour faire les moules.

Ceci sans parler de certaines carrières se trouvant à proximité de sites rupestres, aggravant la menace de destruction ou la construction de routes ayant détruit beaucoup de gravures, ou encore les projets d'aménagement, entre autres vandalisme touristique», souligne A.Lemjidi (professeur à l'INSAP), ajoutant que beaucoup d'autres activités comme, par exemple, le phénomène de l'érosion, sont pour quelque chose dans la disparition de ces dessins, mais restent moins agressives que celles effectuées par l'être humain. «En dehors d'un travail de synergie entre les départements compétents et d'une application des lois existantes, il reste impossible de remédier à cette problématique épineuse», affirme-t-il, sachant que ce type de patrimoine est, malheureusement, l'un des plus vulnérables, car nos sites rupestres ne sont ni classés ni gardés ni pris en considération dans les plans d'aménagement du territoire.

Bref aperçu sur l'AMAR
Depuis sa création en 1999, l'association marocaine d'art rupestre s'est assignée pour objectif de préserver et de protéger le patrimoine archéologique, en général, et celui rupestre, en particulier.

Ses adhérents, regroupant des spécialistes de l'art rupestre, des archéologues et toute personne sensible aux questions du patrimoine, ne lésinent sur aucun effort afin de contribuer à l'intégration du patrimoine rupestre dans le tissu socio-économique national, en enrichissant le cadre législatif relatif à sa protection et en établissant des relations de partenariat avec des institutions ayant les mêmes vocations. Ainsi, les activités de l'AMAR n'ont cessé de se multiplier à travers des expositions, des conférences et diaporama de sensibilisation, des excursions scientifiques dans différentes régions du Maroc, des ateliers d'initiation, des colloques et rencontres autour de la protection de l'art rupestre.


Par Ouafaâ Bennani | LE MATIN
Revenir en haut Aller en bas
 
Notre patrimoine rupestre en péril !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAWTNA :: Patrimoine :: Portes et Murailles-
Sauter vers: