SAWTNA

Bienvenue sur SAWTNA, le site de tous les Marocains
 
AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Livre: Dessine-moi un Marocain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Naima
Webmaster
Webmaster


Messages : 1800
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Livre: Dessine-moi un Marocain   Sam 4 Avr - 4:32

Livre
Dessine-moi un Marocain

Un essai signé une brochette d'intellectuels et d''artistes


Qu'est-ce être Marocain dans un contexte de mondialisation galopante telle que nous la vivons depuis quelques années ? Comment peut-on vivre sa marocanité, comme d'autres vivraient leur hispanité, leur francité ou leur américanité. C'est la question que se propose ce livre intitulé sobrement « Comment peut-on être marocain ? ».




Question cruciale à laquelle sont invités à méditer une brochette d'intellectuels et d''artistes dont K.M Ammi, Tahar Benjelloun, Jalil Bennani, Abdelfettah Kilito, Driss Jaydane, Fouad Laroui entre autres.

Dans son introduction, l'historien Abdesselam Cheddadi, spécialiste d'Ibn Khaldoun et l'initiateur du livre s'explique: «Si donc nous réalisons que nous pouvons être Marocains ou ne pas l'être, qu'être Marocain est un choix volontaire, un pari sur l'avenir, il est bien légitime que nous nous interrogeons sur notre «marocanité». Comment peut-on être marocain ? Qu'est-ce que cela implique ? Quel contrat tacite de nature sociale, politique, culturel, affectif lie entre eux les Marocains ? Quand on a été Marocain pendant toute une vie, ou même seulement une partie de sa vie, quelle expérience, quelle leçon peut-on en tirer ? Quel goût, pour ainsi dire, en garde-t-on dans la bouche ? Ce sont ces réflexions et ces interrogations qui ont été à l'origine de cet ouvrage collectif (…) » Ouvrage de spécialistes? Non, s'empresse de nous rassurer Cheddadi. «Le point de vue requis privilégie plutôt l'expérience personnelle et faisant une grande place aux faits concrets». L'expérience personnelle. C'est le point commun qui unit ces textes. Comment parler de la marocanité en effet, sans évoquer sa propre expérience de Marocain, sans poser le doigt sur l'impact certain qu'elle a sur notre être, notre existence, sur notre comportement, sans suivre sa «traçabilité » sur notre histoire personnelle ?

Pour K.M Ammi qui ouvre le bal, la marocanité se décline sous forme de mésaventure avec l'administration marocaine. D'origine vaguement algérienne, né à Fès, de parents qui ont passé leur vie au Maroc, et de surcroît, intellectuel connu et reconnu de par le monde, Ammi peine à se faire reconnaître comme Marocain : «Mes livres sont ce que je suis. Et ce que je veux être. Ils sont ce que nul ne peut me retirer», se résigne-t-il à constater. Une réflexion qui siérait tout aussi bien à Tahar Benjelloun, dont la «marocanité» est inséparable de son attitude critique. «Etre Marocain, c'est s'inscrire dans une histoire. Pas seulement. C'est aussi poser les bases d'une identité plurielle et en devenir.» Pour notre prix Goncourt, se dire fier d'être Marocain, prête pour le moins à confusion, quand le Maroc se bat encore pour se refaire une beauté à l'international. Le peu de progrès en matière de démocratie, la corruption, l'ampleur de la pauvreté à rapporter à la richesse éhontée d'une petite minorité, l'immigration clandestine et le reste, font que la fierté n'est pas vraiment le mot qui convient.

Être Marocain pour Benjelloun, c'est développer le sens critique. C'est également une affaire de construction positive, en reliant le passé au présent et à l'avenir. C'est ce que laisse penser la contribution de Jalil Bennani, psychanalyste et auteur entre autres, d'un livre mémorable : "La Psychanalyse au pays des saints". Marocanité constructive, ai-je dit ? Nous y voilà, comme se demander notamment sur la place de la psychanalyse dans un pays où dominent les marabouts, où la pratique religieuse est fortement imprégnée de superstition. Comme aussi relier la pratique psychiatrique et psychanalytique d'aujourd'hui avec ses antécédents dans le passé colonial. C'est le domaine où Jalil a beaucoup donné, sa façon à lui d'être Marocain : «Mon retour au Maroc (après des études en France) n'était ni nostalgique ni fictionnel, mais un retour réel animé par le désir de transmission (…) de ce qu'on m'a appris, légué, donné (…) non pas en reproduisant, mais en prolongeant, en réinventant dans un autre contexte, dans l'actuel et non avec les repères du passé ».

C'est un long je t'aime, être Marocain pour Abdellatif Laâbi, un amour passion dans un corps à corps infernal. Il faut lire son livre «Le Fond de la jarre» pour le comprendre. Sinon sa contribution dans ce livre, qu'on lirait comme un poème.
«Que d'années folles et terribles ! Je ne crois pas forcer la vérité en affirmant que c'est au cours de cette période (les années 60) où la plume a croisé rudement l'épée que nous avons accédé à l'intimité l'un et l'autre et que nos liens ont acquis une intensité voisine de la passion.»

Comment peut-on donc être Marocain ? Qu'est-ce être Marocain ?
C'est ouvrir des chantiers de l'avenir tout en gardant la mémoire aux aguets, semblent dire tous ces textes.

Une petite cerise pour conclure. Pour la route comme on dit. C'est Fouad Laroui qui en est l'auteur, c'est sa définition du Marocain : « Il y a ceux qui s'ouvrent à tous les accents de la langue, à toutes les langues, à toutes les gammes des chants et des danses, au chatoiement des couleurs de la peau et disent que tout cela les constitue, que c'est cette palette qui les définit comme Marocains. Et il y a ceux qui se crispent sur leur façon très locale de dire « non », qui pratiquent une topologie du régionalisme le plus étriqué et qui proclament volontiers leur salle de bain république indépendante. »


Extrait de l'avant-propos
« Si donc nous réalisons que nous pouvons être Marocains ou ne pas l'être, qu'être Marocain est un choix volontaire, un pari sur l'avenir, il est bien légitime que nous nous interrogions sur notre « marocanité ». Comment peut-on être Marocain ? Qu'est ce que cela implique-t-il ? Quel contrat tacite de nature sociale politique, culturel, affectif lie entre eux les Marocains ? Quand on a été Marocain pendant toute une vie, ou même seulement une partie de sa vie, quelle expérience, quelle leçon peut-on en tirer ? Quel goût, pour ainsi dire, en garde-t-on dans la bouche ?

Par Abdelaziz Mouride | LE MATIN

_________________
http://naima-imzilnes-dades.easyfreeforum.it/index,eff,15504.html
Revenir en haut Aller en bas
http://naima-imzilnes-dades.easyfreeforum.com/index,eff,15504.ht
 
Livre: Dessine-moi un Marocain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fan Art] Dessins de Thanit
» Livre rare, curiosité...
» je dessine grâce au cerveau droit ..
» Recherche auteur pour livre éducatif pour enfant
» Présentation du livre "Semois sauvage" 24/9 à 19h + expo Beluxphoto à Florenville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAWTNA :: Espace Libre-
Sauter vers: