SAWTNA

Bienvenue sur SAWTNA, le site de tous les Marocains
 
AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Musiques des Cimes et Moussem des fiançailles à Imilchil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tamzilte
Admin


Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Musiques des Cimes et Moussem des fiançailles à Imilchil   Jeu 24 Sep - 3:30

Imilchil accueille les Musiques des Cimes et le Moussem des fiançailles



Errachidia - Les férus des Musiques des Cimes et les fidèles du Moussem des fiançailles de par le monde se donnent rendez-vous dès ce jeudi à Imilchil, dans la province d'Errachidia, pour une fête mariant rythmes authentiques et coutumes séculaires et ancestrales.

Ainsi, la sixième édition de la Musique des Cimes, initiée par le Centre Tarik Ibn Zyad en partenariat avec la province d'Errachidia, promet ce vendredi et samedi (25 et 26 septembre), un programme riche et varié, qui entend mettre au devant de la scène le patrimoine musical national des populations des hautes montagnes.

Les organisateurs ont réparti le menu artistique de cette édition en deux soirées, la première sera ainsi consacrée aux prestations folkloriques traditionnelles, avec notamment les célèbres Ait Hdidou, Boudar de la zone de Talsint et les valses de la jolie danse d'abeille (Nahla) de Kelâat Mgouna.

Quant aux passionnés de la musique amazighe moderne, ils seront au rendez-vous, samedi soir, avec leurs idoles Hammou Aagouran de l'Atlas, le chanteur Angmar de Tinghir, l'artiste et compositeur Moha Mallal d'Ouarzazate et le jeune Hamid Khammou de Goulmima.

Le festival, qui se veut un espace de rencontre et d'échanges artistiques et culturels, entend permettre au public d'apprécier un aspect authentique de l'art populaire marocain et de s'ériger en vecteur de promotion touristique de la région.

Selon le directeur du festival, Mustapha Tilioua, ce festival, lancé depuis 2003, ambitionne de donner un nouveau souffle au célèbre Moussem des fiançailles d'Imilchil et affiche sa volonté de s'ouvrir de plus en plus sur d'autres horizons culturel et artistique.

Et d'ajouter qu'il s'agit d'une opportunité culturelle et artistique qui contribue profondément à la valorisation et à la protection du patrimoine naturel et culturel oral du pays, de telle manière à ériger cette région en une destination privilégiée du tourisme rural, culturel et écologiquement responsable.

Conçu dans le cadre du projet global de développement durable basé sur la participation effective des populations locales, le festival a également aidé à l'édification progressive d'une nouvelle économie de la région, contribuant aussi à jeter les jalons du développement et de l'ouverture de cette région montagneuse, géographiquement retirée et cloisonnée, sur d'autres régions.

Véritable carrefour des cultures, du patrimoine, des traditions ancestrales et des rites des montagnes de différentes régions du monde, cette rencontre artistique et culturelle a contribué, au fil des éditions, à donner à cette partie du Maroc nichée aux sommets des montagnes du Haut Atlas Oriental une dimension qui dépasse les frontières.


MAP & Emarrakech.info
Revenir en haut Aller en bas
tamzilte
Admin


Messages : 1650
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Musiques des Cimes et Moussem des fiançailles à Imilchil   Sam 26 Sep - 3:20

Moussem d'Imilchil
Une ode à l'amour


Plusieurs voix appellent à préserver et perdurer le cachet original d'antan de cette manifestation



Le Moussem des fiançailles d'Imilchil, qui perpétue une légende éternelle glorifiant l'amour idyllique, s'est ouvert jeudi dernier à Imilchil, par une cérémonie de mariage collectif d'une trentaine de couples issus des tribus de la région.
Dans une ambiance de fête et d'allégresse, les mariés, parés de leurs plus beaux costumes traditionnels, se sont présentés, à tour de rôle, devant les "Adouls", afin d'officialiser leur union et perpétuer, par la même, une tradition séculaire.
Venue nombreuse, l'assistance dont des fidèles de toutes les nationalités, vibrait en parallèle aux rythmes et ondulations de la troupe d'Ahidous des Aït Hdiddou qui chantait en chœur tous les chants des mariages traditionnels amazighs.

"Nous avons décidé de prendre part à cette cérémonie, parce que nous sentons qu'il s'agit d'une tradition consacré par nos ancêtres, d'abord, et par ce que notre déclaration de mariage se fait de la manière la plus publique qu'il y a", a déclaré à la Map, Mohamed, un jeune de vingt-quatre ans qui venait quelques instants de quitter le monde des célibataires. Situé à une vingtaine de kilomètres de la ville d'Imilchil, le site du Moussem, un grand souk traditionnel, connaissait dans plusieurs de ses coins une activité économique intense, avec en particulier des marchés mitoyens d'ovin, de camelins et d'autres bêtes utiles dans la région.
"Laydoud", Moussem en amazigh local, se trouve toutefois menacé par les développements de la vie sociale qui envahit de plus en plus cette région située à plus de 2000 m d'altitude, d'où l'appel de plusieurs voix à le préserver et à perdurer son cachet original d'antan.

"Les efforts doivent être conjugués afin de pérenniser ce Moussem de fiançailles qui devrait s'ériger désormais en un levier de développement, à travers ces importantes et diverses activités économiques, mais aussi via l'intégration d'autres activités génératrices de revenus, tel le tourisme rural", a déclaré Hrou Aboucharif, membre du Centre Tarek Ibn Zyad et président d'une association locale à Imilchil.
Les festivités se sont poursuivies hier vendredi par des fêtes animées par des troupes populaires de la région. Vers le début de la soirée, les festivaliers et les populations locales ont été au rendez-vous au centre d'Imilchil avec l'ouverture officielle du festival de "Musique des cimes", initié par le Centre Tarek Ibn Zyad.
La sixième édition de cette manifestation initiée en partenariat avec la province d'Errachidia, connaît un programme riche et varié, qui met au devant de la scène le patrimoine musical national des populations des hautes montagnes.

Origine
A l'origine de cette fête populaire, une légende des plus romantiques selon laquelle un jeune homme de la tribu Ait Ibrahim aurait succombé au charme d'une jeune femme des Ait Azza. Les rivalités entre les deux tribus auraient entravé l'aboutissement de cette union. Leur amour fut condamné à l'échec.

Devant l'intransigeance des parents et amghars des deux parties, le jeune couple pleurait séparément son affliction, de chaque côté, les larmes avaient formé un lac, donnant naissance ainsi aux deux célèbres lacs jumeaux «Isli» et «Tislit».


MAP & lematin.ma
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Messages : 539
Date d'inscription : 13/11/2007
Age : 48

MessageSujet: Re: Musiques des Cimes et Moussem des fiançailles à Imilchil   Mar 29 Sep - 3:34

La "Musique des cimes" cède la place au ballet des orages


Imilchil - Bien avant que la musique des cimes n'entame, vendredi soir, ses rythmes et chants envoûtants à Imilchil, les orages du Haut Atlas ont insisté à être de la fête.

Pour atteindre Imilchil, il faut passer par la petite ville de Rich. Sur cette distance escarpée, les 38 km à parcourir semblent s'allonger, et la route devient tout simplement périlleuse. Les rayons de soleil qui pointaient au petit matin sur la vallée du Haut Ziz étaient trompeurs.

Les festivaliers empruntant cette route sinueuse roulaient comme dans une course contre la montre. Conduire au plus vite pour éviter l'orage. En vain, plusieurs se sont trouvés menacés par les eaux, la grêle et les crues. La peur et la panique se chargeant du reste.

Les premières pluies cachaient mal la tempête. Derrière ces hauteurs rocailleuses, les nuages s'amoncelaient, en faisant régner une couleur grisâtre. Alors que l'horloge du léger véhicule signalait midi et demi, l'apparence extérieure donnait l'impression qu'on est au coucher de soleil. On frisait le noir. Les gouttelettes qui ont commencé à s'abattre sur la localité d'Amouggar deviennent intenses.

La pluie redouble de cadence et la grêle transforme le bitume en long tapis blanc. Son choc sur le pare-brise provoquant un terrible brouhaha. Les essuies glaces ne servent plus à rien, avec une visibilité rétrécie. Et pourtant, pas question de s'arrêter. Il faut surtout rester à l'abri des crues et des eaux à débit élevé en provenance des ravins.

Et puis, une attention particulière doit être accordée aux roches qui tombent d'en haut ! Seul Ziz, maître des lieux, décide quand doit-on s'arrêter obligatoirement. Il a occupé tout son lit. Son débit est fort. Impossible de traverser. Rien à faire, sinon maîtriser sa panique et attendre une baisse du niveau des eaux.

L'on s'arrête de penser à autre chose. Rien n'a plus la même importance. Même mûres et fraîches, les pommes verdâtres et rouges à portée de main n'ont plus le même attrait. Un coup de téléphone même anodin devient aussi une éventuelle issue.

La frayeur que l'on ressent ne s'éteint qu'une fois arrivé au plus proche Ksar. Là, tout le monde voudrait vous prêter main forte. Hospitalité berbère oblige.

"Vous avez de la chance", disent nos hô tes-, parfois en mots, parfois par le regard. Et si votre sort vous emmène chez des enseignants, vous allez vérifier sur place tous les dires ressassés sur l'enseignement dans le monde rural. Du préfabriqué ne résistant pas aux pluies diluviennes qui s'infiltrent du toit, ni aux vents forts endommageant ce qui faisait office de fenêtres.

Le soir, les rythmes de la "Musique des cimes" n'arrivent pas à vous faire oublier le ballet des orages prévu le lendemain. Si le festival initié par le Centre Tarek Ibn Zyad s'achèvera samedi soir, les services de la météorologie sont catégoriques : les orages ne vont cesser qu'en début de semaine.

Au retour, vous n'allez jamais croire que vous avez frisé une mort certaine. Vous vous rendez compte de l'ampleur de la situation. Toutes ces crues que vous n'avez pas voulu ou que vous n'avez pas eu le temps de voir sont encore là.

Entassées sur le bas-cô té, elles vous racontent votre propre histoire... et aussi votre propre cauchemar. Sans exagération aucune. Et si par malice vous avez pu vaincre les orages en parcourant les 138 km au petit matin, ce n'est que partie remise. Toutes ces pluies d'en haut vous donnent rendez-vous à Oued Essaleh, près de Karandou. Seule consolation peut-être, c'est que là vous n'êtes pas seul. Vous vous rangez parmi des dizaines d'usagers de la route.

Le niveau des eaux de pluie peut diminuer en une heure ou une heure et demie au maximum, mais pas ces éboulements de pierres qui tombent des collines situées à l'entrée de la ville d'Errachidia. Ici, on ne peut attendre plus longtemps. Les conducteurs doivent se frayer, autant que faire se peut, leur propre chemin. Retrouver les siens après tant d'épreuves reste la meilleure consolation.


MAP
Lundi 28 Septembre 2009
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Musiques des Cimes et Moussem des fiançailles à Imilchil   Aujourd'hui à 17:42

Revenir en haut Aller en bas
 
Musiques des Cimes et Moussem des fiançailles à Imilchil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les fiançailles
» Comment imaginez vous la bague de fiançaille de Bella ?
» [Collection] Aimer ( Baudinière)
» Disneyland Paris propose 16 nouvelles soirées dans ses parcs à thèmes
» Humour : Bijou des années 60

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAWTNA :: Flash Info-
Sauter vers: